1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "The Birth of a Nation" : la polémique derrière le film de Nate Parker
5 min de lecture

"The Birth of a Nation" : la polémique derrière le film de Nate Parker

ÉCLAIRAGE - Annoncé comme le film coup de poing de ce début d'année, "The Birth of a Nation" avait tout pour réussir. Mais d'anciennes accusations de viol contre son réalisateur ont changé la donne.

Nate Parker, acteur et réalisateur de "The Birth of a Nation"
Nate Parker, acteur et réalisateur de "The Birth of a Nation"
Capucine Trollion
Capucine Trollion

C'est l'un des films les plus attendus de ce début d'année 2017. The Birth of a Nation de Nate Parker, en salles le 11 janvier, qui raconte pour la première fois une révolte d'esclaves dans la Virginie de 1831, mené par l'esclave Nat Turner. Un film choc, coup de poing, déjà comparé à Twelve Years a Slave de Steve McQueen. Pour autant, The Birth of a Nation pâti du passé de son réalisateur, scénariste, producteur et acteur principal. Nate Parker a en effet été accusé il y a dix-sept ans de viol sur une jeune femme. S'il a été reconnu non-coupable à l'époque, l'affaire fait de nouveau grand bruit.

Tout commence l'été dernier, soit quelques mois avant la sortie américaine de The Birth of a Nation. Le film a alors été ovationné au festival de Sundance, qui récompense les films indépendants, par les prix du jury et du public. Le long-métrage est ainsi fortement pressenti pour les Oscars et damne le pion à la polémique de l'an passé sur le manque de diversité avec le mouvement #OscarsSoWhite. C'est sans compter sur le passé controversé jusqu'alors peu connu de Nate Parker, qui ressurgit après un article de Variety l'été dernier.

Des détails accablants concernant une affaire de viol

Les faits remontent en 1999, alors que le cinéaste est âgé de 19 ans. Il est accusé de viol avec son colocataire Jean Celestin, qui co-signe le scénario de The Birth of A Nation, par l'une des étudiantes de leur campus en Pennsylvanie. Ils auraient abusé sexuellement de la jeune femme, alors que cette dernière était ivre et inconsciente. Nate Parker, qui plaide pour une relation consentie,  est finalement acquitté en 2001, son camarade est condamné et l'affaire se solde par une compensation financière à la victime de 17.500 dollars. 

Mais l'histoire est loin d'être terminée selon Variety. L'article n'épargne aucun détail accablant sur l'affaire et l’attitude du cinéaste. Comment il a abusé de la victime, puis harcelé après qu'elle ait déposé plainte, et la mort de la jeune femme en 2012, qui s'est suicidée en ingérant des médicaments. Elle souffrait de " trouble dépressif majeur avec caractéristiques psychotiques en raison de violence physique et sexuelle et de polytoxicomanie", comme le rapporte la note rédigée lors de son décès. De quoi jeter l'opprobre sur l'homme, acclamé quelques temps plus tôt pour The Birth of a Nation

Des excuses du réalisateur loin d'être convaincantes pour le public

À écouter aussi

Face au scandale lié à la publication de l'article, Nate Parker décide de réagir dans un long post sur Facebook et dans une interview pour Deadline. Le réalisateur se dit alors "dévasté" par la mort de la jeune femme, mais refuse d'être considéré comme le coupable : "C'est horrible que cette femme ne soit plus là. Et que sa famille ait à gérer tout ça. Mais faire des excuses ici, c'est non". Il tient aussi à expliquer de nouveau qu'il a été acquitté et qu'il est "désormais passé à autre chose dans sa vie". Des propos qui ne passent pas du tout auprès du public. 

La situation s'envenime d'autant plus. La symbolique du film divise la communauté afro-américaine, alors qu'il était annoncé comme LE film pertinent avec le mouvement Black Lives Matter, puisqu'il raconte l'histoire vraie de l'esclave Nat Parker, qui se révolte contre ses maîtres, bien avant la Guerre de Sécession.

Pourtant, des féministes noires appellent au boycott de The Birth of a Nation. "Je ne peux placer la valeur d’un film au-dessus de la dignité d’une femme dont l’histoire devrait être vue comme aussi importante, une femme qui n’est plus parmi nous pour en parler, se défendre et obtenir justice", écrit Roxane Gay, féministe influente dans les colonnes du New York Times. Des propos qui s'ajoutent au silence des grands pontes Afro-américains, comme Oprah Winfrey et Spike Lee, face à cette polémique.
The Birth of a Nation aurait dû tout aussi bien permettre à la carrière de Nate Parker d'exploser, qu'à Hollywood de redorer son image face à son manque de diversité. L'occasion semble doublement manquée.

Des répercussions pour le film

En effet, selon The Guardian, le film pourrait coûter une perte de plusieurs millions de dollars à la Fox, la société productrice. Idem pour The Hollywood Reporter qui explique que le public a sûrement été refroidi par le scandale. Quant à la course pour les Oscars, il est encore trop pour affirmer que The Birth of a Nation et Nate Parker ne la feront pas, même si toute cette histoire pourrait leur coûter une nomination et/ou une statuette. Forbes écrit ainsi "The Birth of a Nation a plus besoin des Oscars que les Oscars ont besoin de lui".

Pis encore, le film serait devenu aux yeux de certains la preuve que les personnes accusées de violences sexuelles sur les universités américaines restent encore beaucoup trop impunies. Enfin, la présence de scènes de viols dans le scénario a fini de scandaliser les opposants à Nate Parker. 

... et une polémique qui ne finit pas

Pour The Hollywood Reporter, cette affaire fait aussi écho aux accusations contre Roman Polanski, Woody Allen ou encore Casey Affleck, qui n'ont pas été ostracisés du milieu du cinéma comme l'est Nate Parker. Pour rappel, Roman Polanski a été accusé de viol sur mineur en 1978, tout comme Woody Allen que Laurent Laffite n'a pas manqué de le rappeler au Festival de Cannes. Enfin Casey Affley, jeune frère de Ben, a été accusé de harcèlement sexuel par 2 collaboratrices sur le tournage de I'm Still Here, et un accord financier a été trouvé. Mais, cela ne les a pas empêché de se rendre dans les grandes cérémonies et d'être récompensés. Casey Affleck a ainsi récemment reçu le Golden Globe du Meilleur acteur dans un film dramatique pour Manchester by the Sea.

"Certains ont insinué que la race de Nate Parker a joué un rôle dans son bannissement, que ce soit consciemment ou inconsciemment. Et ils ont peut-être raison", explique le journaliste. Un article qui crée ainsi une autre polémique : celle du Hollywood WASP contre les réalisateurs et acteurs afro-américains. Nate Parker, de son côté, n'a plus donné d'interviews sur le sujet. Reste à savoir comment le public français réagira à la sortie du film.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/