1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Les États-Unis accusent la Corée du Nord dans le piratage de Sony
2 min de lecture

Les États-Unis accusent la Corée du Nord dans le piratage de Sony

Selon une enquête du FBI, le piratage du studio hollywoodien serait l'oeuvre d'un groupe de hackers en lien avec des personnalités nord-coréennes. Un lien avec la Chine est aussi évoqué.

La Corée du Nord avait promis de se venger après que Sony Pictures a produit le film "The Interview" (illustration).
La Corée du Nord avait promis de se venger après que Sony Pictures a produit le film "The Interview" (illustration).
Crédit : FREDERIC J. BROWN / AFP
Marie-Pierre Haddad & AFP

La cyberattaque du studio Sony Pictures qui date de fin novembre, a été perpétrée par la Corée du Nord. C'est la conclusion d'une enquête menée par le FBI. 

Les hackers pointés du doigt appartiennent au groupe Guardians of Peace. Derrière eux se cachent des personnalités nord-coréennesLes pirates promettaient d'ailleurs un nouveau 11 septembre, si Sony n'accèdait pas à leur requette.

Une attaque informatique digne d'un "acte de guerre"

"Le FBI a suffisamment de preuves pour conclure que le gouvernement nord-coréen est responsable de ces actions", écrit la police fédérale américaine. L'attaque contre Sony n'est "pas un comportement acceptable pour un État", estime le FBI. Le sénateur John McCain, qui va présider en janvier la très puissante commission des forces armées du Sénat, a qualifié cette attaque informatique "d'acte de guerre"

Le fait que ce soit le FBI qui se charge publiquement du dossier plutôt que le commandement militaire en charge de la défense du cyberespace laisse penser que l'administration Obama ne souhaite pas aller aussi loin

La Corée du Nord nie être à l'origine de l'attaque

La sortie du film The Interview, une comédie satirique avec James Franco et Seth Rogen a été annuléeSony Pictures a préféré renoncer par craintes de nouvelles attaques. Dans cette production de Sony, les deux acteurs campent les rôles de journalistes recrutés par la CIA afin d'assassiner le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong Un

À lire aussi

En juin dernier, la Corée du Nord avait prévenu que la diffusion de ce film serait interprêté comme "un acte de guerre".

Notre pays n'a aucun lien avec ce hacker.

Un diplomate nord-coréen

Après les accusations du FBI, Pyongyang a nié toute responsabilité dans le piratage ce vendredi, par la voix de Kim Song, conseiller politique de la Corée du Nord à l'ONU, qui a déclaré : "Notre pays n'a aucun lien avec ce hacker". Cependant la semaine dernière, l'acte avait été qualifié de "légitime" par la Corée du Nord

Par ailleurs, l'enquête menée par les autorités américaines a aussi démontré l'implication de la Chine, selon un responsable du gouvernement américain. Parmi les hypothèses avancées, des chinois auraient contribué à la cyberattaque. Autre possibilité : les pirates auraient utilisé des serveurs chinois dans le but de masquer l'origine de l'attaque.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire