4 min de lecture Cinéma

Guillermo del Toro : 5 anecdotes sur l’empereur du fantastique oscarisé

Avec "La Forme de l'eau", le réalisateur fasciné par l'étrange et l'occulte depuis sa plus tendre enfance a obtenu la validation de la prestigieuse Académie des Oscars.

Guillermo del Toro dirigeant ses acteurs dans "La Forme de l'eau"
Guillermo del Toro dirigeant ses acteurs dans "La Forme de l'eau" Crédit : Sipa
AymericParthonnaud1
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Guillermo del Toro a décroché ce lundi 5 mars 2018 les Oscars du meilleur réalisateur et du meilleur film pour La Forme de l'eau. Le réalisateur mexicain de 53 ans, connu pour les monstres, vampires et super-héros qui peuplent ses œuvres, assure avoir réalisé avec La Forme de l'eau "son premier film d'adulte".

"Les monstres sont les saints patrons de nos merveilleuses imperfections", expliquait-il en recevant en janvier le Golden Globe du meilleur film, pour sa romance fantastique entre une muette employée d'un laboratoire gouvernemental secret qui tombe amoureuse d'une créature reptilienne captive.

Les créatures étranges ou monstrueuses de ses films viennent des rêveries de son enfance lorsqu'il se promenait dans la boue dans son Guadalajara natal, qu'il dissolvait des insectes dans le sel, ou qu'il demandait au père Noël une plante pour faire de la sorcellerie. 

À lire aussi
Alexandra Lamy présidera le jury de la 22e édition du festival international du film de comédie Cinéma
DIAPORAMA - Festival de l'Alpe d'Huez 2019 : découvrez les membres du jury

Enfant, Guillermo del Toro s'est mis à construire un monde fantastique dans le majestueux manoir familial où vivaient des centaines de serpents, des rats et un corbeau. Il tapissait les murs de sa chambre d'images d'extra-terrestres et de monstres. Il cite parmi ses grandes influences sa grand-mère, et la relation entre les aïeux et les enfants est un thème récurrent de son oeuvre. Son premier film, Cronos (1993), raconte d'ailleurs l'histoire d'un vampire âgé qui refuse la vie éternelle et demande l'aide de sa petite-fille.

Mais quels sont les autres mystères qui peuplent la vie, la carrière et l'imagination de ce brillant cinéaste ? 

1- Il est entré dans le cinéma par le maquillage

Son amour des effets spéciaux et des films de genre n'a pas attendu longtemps. Très jeune, il s'intéresse au cinéma et étudie afin de devenir l’apprenti de Dick Smith, l'homme derrière les maquillages effrayants de L’Exorciste

Pendant près de 10 ans, le jeune Guillermo del Toro travaillera dans l'ombre des réalisateurs, loin des caméras sur les maquillages et les effets spéciaux. 

2- Il a failli réaliser les films "Harry Potter"

Après les succès commerciaux de son Échine du Diable en 2001 et de Blade 2 en 2002, la Warner, qui porte au cinéma les aventures du jeune sorcier Harry Potter, a proposé au cinéaste de prendre la suite des adaptions. Il refusera finalement le projet et c'est son ami Alfonso Cuaron, mexicain lui aussi, qui prendra la direction du troisième volet de la saga : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

La franchise reviendra frapper à la porte de Guillermo del Toro pour les épisodes finaux mais la collaboration ne se fera pas. C'est David Yates qui est resté aux commandes des derniers films. Ce dernier utilisera d'ailleurs les talents d'Alexandre Desplat pour la musique des Reliques de la Mort. Un compositeur qu'affectionne beaucoup del Toro puisqu'ils ont travaillé ensemble sur La Forme de l'eau

3- Il a abandonné "Le Hobbit"

Ce n'est pas la première saga immense que del Toro ne réalise pas jusqu'au bout. Peter Jackson, le réalisateur du Seigneur des Anneaux, a confié à Guillermo del Toro l'adaptation du roman qui a lancé l'aventure des habitants de la Terre du Milieu : Le Hobbit.

En 2010, le Mexicain abandonne le projet après moult contretemps. S'il ne réalisera jamais cette adaptation, il en signe tout de même les scénarios. On lui doit la division en trois films de l'oeuvre pourtant bien plus fine que la trilogie de J.R.R Tolkien. Le Hobbit devient Un voyage inattendu, La Désolation de Smaug et La Bataille des Cinq Armées.

Son travail de scénariste sur ce projet pharaonique a été récompensé par le Prix Hugo en 2012 et un Saturn Award en 2014.

4- Son père a été enlevé

En 1997, alors que Guillermo del Toro a 33 ans et qu'il tourne son film Mimic avec quelques 30 millions de dollars de budget, son père, Federico del Toro est enlevé à Guadalajara au Mexique. La famille del Toro s'est résignée à payer la rançon avec l'aide d'un certain James Cameron pour retrouver le patriarche sain et sauf.

Après cet épisode, la famille s'est décidée à quitter le pays pour la protection de ses membres. Un exil involontaire qui hante toujours Guillermo del Toro. Le 5 mars 2018 sur la scène des Oscars, il a rappelé son statut d'immigré lié à cet événement difficile. Un message politique chargé d'humanisme et fondé sur une expérience que l'on imagine traumatique. 

5- C'est un "amoureux des monstres"

"Je suis amoureux des monstres", déclare Guillermo del Toro fréquemment. "La fascination que j’éprouve pour eux est quasiment anthropologique. Je les étudie, je les dissèque dans bon nombre de mes films. Je veux savoir leur mode de fonctionnement, de quoi ils sont faits, et quels êtres sociaux ils sont. J’éprouve aussi une sorte de fétichisme pour les insectes, les appareils servant à mesurer le temps (tels que les horloges), les endroits mal éclairés, et ce qui est à l’état larvaire", raconte-t-il.

Son cinéma fait clairement état de cette fascination pour l'étrange. Dans Hellboy, Le Labyrinthe de Pan et La Forme de l'eau les monstres sont légions. Même constat pour ses créations télévisuelles comme la série The Strain et ses parasites effrayants. 

Grand amateur des contes et des romans de Howard Phillips Lovecraft, le maître de l'horreur cosmique, Guillermo del Toro a toujours en tête quelques adaptations comme le roman Les montagnes hallucinées (dont un projet avec James Cameron et Tom Cruise avait été évoqué il y a des années) ou le jeu vidéo Death Stranding. Maintenant que Hollywood célèbre ses monstres, le réalisateur pourrait bien avoir toute la latitude nécessaire pour réaliser ses projets les plus inquiétants et merveilleux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Oscars Fil Super
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792501606
Guillermo del Toro : 5 anecdotes sur l’empereur du fantastique oscarisé
Guillermo del Toro : 5 anecdotes sur l’empereur du fantastique oscarisé
Avec "La Forme de l'eau", le réalisateur fasciné par l'étrange et l'occulte depuis sa plus tendre enfance a obtenu la validation de la prestigieuse Académie des Oscars.
https://www.rtl.fr/culture/cine-series/guillermo-del-toro-5-anecdotes-sur-l-empereur-du-fantastique-oscarise-7792501606
2018-03-05 11:57:35
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yb8tCHnnxktlKxwMZzFZgg/330v220-2/online/image/2018/0305/7792501978_guillermo-del-toro-dirigeant-ses-acteurs-dans-la-forme-de-l-eau.jpg