1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Dans 'Les apparences', on rit de la cruauté de certaines situations", dit Karin Viard
2 min de lecture

"Dans 'Les apparences', on rit de la cruauté de certaines situations", dit Karin Viard

Dans ce long-métrage de Marc Fitoussi, la vengeance et les mensonges viennent faire exploser un couple parfait sous tout rapport.

Benjamin Biolay et Karin Viard dans "Les apparences"
Benjamin Biolay et Karin Viard dans "Les apparences"
Crédit : SND
Karin Viard et Benjamin Biolay à l'affiche du film de Marc Fitoussi "Les apparences"
25:28
Karin Viard et Benjamin Biolay à l'affiche du film de Marc Fitoussi "Les apparences"
25:28
Stéphane Boudsocq & Aymeric Parthonnaud

Karin Viard et Benjamin Biolay sont à l'affiche du film de Marc Fitoussi Les apparences, thriller sentimental tordu et haletant présenté le 1er septembre 2020 au Festival d’Angoulême en avant-première. Ce film sortira dans les salles le 23 septembre prochain.

Les apparences porte bien son titre... En surface, tout va très bien pour Ève et Henri, respectivement directrice de l'Institut Français de Vienne en Autriche et chef d'orchestre réputé. Ils sont beaux, riches, reconnus : un couple modèle. Sauf que sous ces "apparences", Henri à une maîtresse. Ève va le découvrir et préparer une vengeance implacable mais aussi commettre une faute. Un soir de désespoir, elle flirte avec un jeune homme qui va lui faire croire au début d'une histoire d'amour et la poursuivre... 

C'est là où le film bascule vers quelque chose de plus sombre, de plus rugueux, de plus dérangeant... On y parle d'une bourgeoise certaine de ses privilèges, de mensonges, de manipulation et on y laisse aussi la main au destin qui finit toujours par rebattre les cartes. 

"Moi quand j'incarne un personnage je ne me pose jamais la question de savoir s'il est aimable ou moral, confie Karin Viard. j'ai juste envie d’interpréter ce personnage et le fait que j'en ai le désir sauve ce personnage à tout jamais. Je ne sais pas si Eve est aimable mais elle est humaine, bourrée de failles." Avec ses derniers rôle dans Jalouse ou Chanson douce, Karin Viard collectionne petit à petit les rôles durs. Garde-t-elle quelque chose des ces personnages ? "Pas du tout, je rentre chez moi très tranquille avec le sentiment du devoir accompli, explique-t-elle. Si c'est pour jouer une femme qui a raison de penser ce qu'elle pense et qui sent bon ça ne m'intéresse pas du tout".

À lire aussi

Les apparences surfe aussi sur la fameuse maxime "bien mal acquis ne profite jamais", l'idée qu'on finit par payer nos mauvaises actions. "Ce qui est assez original dans ce film c'est que malgré tout on rit beaucoup. Une spectatrice m'a dit hier : 'Vous m'avez fait peur et vous m'avez fait rire'. Et c'est assez juste. (...) Par contre il n'y a pas de morale judéo-chrétienne", dans ce retour de boomerang que connaissent les personnages précise l'actrice.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/