2 min de lecture Littérature

Pourquoi le verbe "aller" est si compliqué à conjuguer

Le verbe aller est le verbe le plus irrégulier de la langue française. Il repose sur trois ancêtres latins.

Micro générique Switch 245x300 Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Pourquoi le verbe "aller" est si compliqué à conjuguer Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert

Aujourd’hui, nous allons parler d’un verbe très courant, "aller", pour répondre à la question d’un auditeur qui a choisi le drôle de pseudo de Sintelabo, sur le site RTL.fr.  "Bonjour, m’écrit-il (ou elle !). Dans une chronique récente, à propos des verbes, vous nous rappelez la notion de “radical”, comme oubli pour oublier [ou jou pour jouer, auquel s’ajoutent les différentes terminaisons des conjugaisons]. Mais pour trouver le radical d’un verbe comme aller, il y a du boulot, s’amuse notre auditeur, sachant qu’on dit : je vais, nous allons, tu iras, que j'y aille, etc." Et il me demande comment cela s’explique.

Il est vrai que le verbe "aller" est très irrégulier ! On peut dire même que c’est le plus irrégulier de tous – enfin, il y a match nul avec le verbe être. Ça ne pose que peu de problèmes à ceux dont le français est la langue maternelle, mais pour un valeureux étranger qui essaie d’apprivoiser notre idiome capricieux, c’est un sérieux casse-tête ! 

L’étudiant qui se penche sur les conjugaisons françaises s’attend à ce qu'"aller", avec sa terminaison en -ER, se conjugue comme "jouer". Ce qui donnerait : "j’alle, tu alles, il alle…" Mais non, c’est "je vais, tu vas, il va…". Et au futur, nous disons "j’irai, tu iras…" alors qu’on pourrait attendre "j’allerai, tu alleras". Les jeunes enfants conjuguent parfois comme ça, d’ailleurs : "Ils alleront à la plage…" Eh oui, les petits Français découvrent eux aussi la langue française, et parfois se prennent les pieds dedans.

Un sacré phénomène

Et en effet, le verbe aller n’a pas un radical, comme jouer, il en a trois : va, au présent de l’indicatif, ir au futur et au conditionnel et all pour les autres formes. 
Mais ce qui est passionnant, c’est : pourquoi ?

À lire aussi
Danny Champion du monde  illustration de Quentin Blake littérature
"Danny, champion du monde" de Roald Dahl

Eh bien figurez-vous que le verbe aller, nous apprend le dictionnaire Antidote, "tire sa conjugaison particulière de trois verbes latins différents qui exprimaient tous un déplacement : ambulare, ire et vadere, qui ont légué respectivement les formes de type allons, irons et vont. Ces trois verbes latins sont également liés de façon directe ou indirecte à d’autres mots français : "Ambulare, se promener a fourni ambulant, ambulance, ambulancier", et même "ambulatoire". Sans oublier le somnambule, qui “dort en se promenant” !

"Ire" ‘aller’ se dissimule en français sous la forme de son dérivé subir, qui signifie proprement en latin ‘aller sous’. "Vadere" ‘marcher’ a produit plusieurs dérivés" qui ont donné en français "évader, évasion, évasif, évasivement, invasion" et même "envahir".

En somme, avec le verbe aller, ce n’est pas un verbe qu’on utilise, mais trois ! L’usage a pioché ce qui lui convenait le mieux pour fabriquer la conjugaison à sa sauce. Et ce verbe a encore une particularité, que souligne aussi notre auditeur (ou trice !). Quand on dit, au futur proche, "Je vais aller à la plage de bonne heure", on utilise le même verbe deux fois, sous des formes différentes, "vais" et "aller". Bref, cet aller qui nous semble si banal est en fait un sacré phénomène !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants