1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Le photographe Grégoire Korganow pose son regard sur ces prisons que personne ne veut voir
1 min de lecture

Le photographe Grégoire Korganow pose son regard sur ces prisons que personne ne veut voir

Cette exposition que vous pourrez retrouver dans l'écrin de la très belle église des Célestins à Avignon a été baptisée "Proche".

Le festival d'Avignon accueille une exposition de Grégoire Korganow
Le festival d'Avignon accueille une exposition de Grégoire Korganow
Crédit : Etienne Baudu
Le photographe Grégoire Korganow pose son regard sur ces prisons que personne ne veut voir
01:36
Etienne Baudu & Aymeric Parthonnaud

Il n'y a pas que le théâtre qui a sa place au festival d'Avignon. La photographie aussi. Le festival accueille une exposition de Grégoire Korganow, un photographe engagé qui depuis 10 ans poursuit un travail sur les prisons françaises. Il est soutenu par la fondation M6 qui lutte contre la récidive. Cette exposition que vous pourrez retrouver dans l'écrin de la très belle église des Célestins a été baptisée Proche. Pourtant, ces prisons sont souvent bien lointaines. 

Après avoir capté de l'intérieur la réalité des conditions d'enfermement en France, Grégoire Korganow propose un regard de l'extérieur où aucune prison n'apparait, mais qui fait voir les no man's lands dans lesquelles les plus récentes - dites prisons Sarkozy - ont été érigées. 

Un exemple : une magnifique photographie prise devant le centre pénitentiaire du Havre planté au milieu de champs de maïs, un ciel gris-rose, une route, un lampadaire et un arrêt de bus... "On n'avait pas envie de voir les prisons donc on a commencé à les mettre au milieu de nulle part. Cette prison du Havre est au milieu de nulle part. Mais on a un peu oublié les familles. Il fallait qu'elles arrivent jusqu'à ces prisons. Cet arrêt de bus est l'étape du parcours du combattant de la famille pour arriver jusqu'à ces prisons du bout du monde", confie l'artiste. 

Cette expo propose aussi une touche d'humanité avec de très beaux portraits fixés à la sortie des parloirs juste après la visite à un détenu. Un fils, un père, un ami, une épouse...

Le photographe devant la photo de l'arrêt de bus
Le photographe devant la photo de l'arrêt de bus
Crédit : Etienne Baudu
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/