2 min de lecture Exposition

Le Centre Pompidou se déconfine avec l'exposition "Christo et Jeanne-Claude"

REPORTAGE - À deux jours de la réouverture du Centre Pompidou à Paris, découvrez en avant-première l'expo événement que l'on pourra visiter tout l'été, consacrée à l'artiste empaqueteur Christo, disparu il y a un mois.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Le Centre Pompidou se déconfine avec l'exposition "Christo et Jeanne-Claude" Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès Journaliste RTL

Le Centre Pompidou se déconfine cette semaine. Il ouvre ses portes au public, mercredi 1er juillet avec une exposition événement consacrée à Christo, l’artiste qui avait empaqueté le Pont-Neuf à Paris, le 22 septembre 1985.

Avant sa mort, le mois dernier, Christo avait souhaité refaire vivre à Paris la mémoire de ce projet pour lequel il avait bataillé dix ans avant de réussir à convaincre les Parisiens et surtout les politiques d’emballer le Pont-Neuf. Christo était d’origine bulgare. Il avait quitté Paris en 1965 avec sa femme Jeanne Claude pour New York, où il travaillait sur le paysage, recouvrant de tissus une vallée entière dans l’État du Colorado, ou faisant serpenter sur près de 40 km un ruban de toile blanche en Californie. 

Et en 1975, Il veut rendre hommage à Paris qui l’avait accueilli jeune réfugié bulgare en 1958, à l’âge de 23 ans. Il pense donc emballer le plus vieux pont de paris : le Pont-Neuf ! il élabore son projet et le présente à tous les acteurs culturels de la capitale. Il fait surtout un lobbying d’enfer pour convaincre le maire de Paris de donner son feu vert. Il finit par obtenir des années plus tard un rendez-vous avec Jacques Chirac.

Un artiste qui s'autofinançait

Christo déroutait aussi parce qu’il autofinançait totalement tout ce qu’il faisait. Pour lui c’était un gage de liberté. Il ne devait rien à personne. Il voulait juste offrir au public la possibilité de voir gratuitement son œuvre. Pour financer ses réalisations, il vendait les très beaux dessins et les collages qu’il réalisait autour de son projet, souvent des études préparatoires qui sont exposées à Beaubourg. 

À lire aussi
Pablo Picasso à Mougins le 13 octobre 1971 art
"Picasso et la bande dessinée" : une histoire d'amour ancienne et une exposition

Il réalisait également des maquettes. Pour convaincre les Parisiens de la pertinence de son projet, il avait réalisé une gigantesque maquette qu’il avait exposée pendant 4 mois dans la vitrine de la Samaritaine. Il n’hésitait pas non plus à plaider sa cause auprès des riverains.

Christo ne parlait pas beaucoup de ses œuvres. Il ne voulait pas délivrer de message, mais créer des gestes purement artistiques, susceptibles d’offrir des moments de joie et de beauté.

Une expo aux deux périodes parisiennes de Christo

L’expo de Beaubourg est en fait consacrée aux deux périodes parisiennes de Christo. La première, celle de sa jeunesse, où il fait des portraits pour gagner sa vie. Portraits qu’il a par la suite emballés avec du plastique semi-transparent. Avant de se mettre à emballer toutes sortes de choses : des boîtes de conserves, des chevaux en bois, des souliers, il a même empaqueté sa femme Jeanne-Claude. 

Le dernier projet de Christo : emballer l’arc de triomphe. Une vieille idée qui ne verra le jour qu’en septembre 2021, sans lui, puisque Christo est mort dans son sommeil il le 31 mai dernier. L’histoire de l’art ne dit pas dans quel linceul la maître de l’emballage fut enseveli. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Exposition Musée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants