2 min de lecture Théâtre

"L'Hôtel du libre-échange" : un réjouissant vaudeville à la Comédie-Française

REPORTAGE - "L'Hôtel du libre-échange" fait son entrée au répertoire de la Comédie-Française. Depuis quelques jours, la troupe, mise en scène par Isabelle Nanty, propose une version très réussie de ce classique né en 1894.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
"L'Hôtel du libre-échange" à la Comédie Française : un réjouissant vaudeville Crédit Image : Facebook officiel La Comédie Française | Crédit Média : Monique Younès | Durée : | Date : La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès Journaliste RTL

L'Hôtel du libre-échange de Georges Feydeau entre au répertoire de la Comédie Française dans une mise en scène d'Isabelle Nanty. Une scénographie et des costumes splendides, dans le style de l'époque, signées Christian Lacroix. Ils participent grandement à la légèreté et au charme de ce vaudeville créé en 1894 par Georges Feydau. Les comédiens du français n’ont pas toujours l’occasion de s'amuser autant, ces temps-ci, en jouant les bourgeois frustrés, mesquins et hypocrites qui ne rêvent que de rajeunir et de commettre l’adultère.

Deux couples sont au cœur de la pièce : d'un côté les Pinglet, 20 ans de mariage, M. Pinglet alias Michel Vuillermoz ne supporte pas sa femme, géniale Anne Kessler, acariâtre et revêche. La devise de M. Pinglet est simple : “Si on pouvait voir les femmes 20 ans après, on ne les épouserait pas 20 ans avant !” 

De l’autre côté, leurs amis les Paillardin, qui sont eux aussi en pleine crise conjugale. Madame se plaint que son mari ne pense qu'à travailler. On sait comment débute une dispute, mais on ne sait jamais comment elle se termine. Quand Mme Paillardin, Marcelle de son prénom, lance à son mari que dans ces conditions, elle a bien du mérite à rester une femme honnête, M. Paillardin, excédé, met son épouse au défi de prendre un amant. M. Pinglet dresse alors l'oreille. Il est le chevalier blanc par excellence et il va accomplir son devoir.

Du réjouissant vaudeville

Le voilà donc avec Mme Paillardin, à l'hôtel du libre échange, un hôtel borgne où le garçon d'étage fait croire aux clients que la chambre 12 fut occupée par la princesse héritière de Pologne en voyage de noce avec son premier chambellan. Les nouveaux amants, qui cherchent la discrétion, vont avoir bien du mal à garder l'anonymat. 

À lire aussi
Thibault de Montalembert et Valentin de Carbonnieres lors de la 31ème cérémonie des Molières, le 13 mai 2019 théâtre
Molières 2019 : Gardin, Foïs, Solès ... Découvrez le palmarès

Comme souvent chez Feydeau, des personnes dont il faudrait absolument qu'elles ne se croisent pas se retrouvent exactement en même temps, dans un même lieu. Et voilà les Pinglet et les Paillardin qui jouent à cache-cache, d’une chambre à l’autre. Sans oublier la présence insolite de leur ami Monsieur Mathieu, interprété par le génial Christian Hecq. Il interprète ici un veuf flanqué de ses quatre filles, qui bégaie par temps humide... Autant vous dire que la plus grande confusion règne ce soir, à l’hôtel du libre échange, les portes claquent et les quiproquos quiproquisent à qui mieux mieux.

C’est du grand, du bon, du réjouissant vaudeville, avec Florence Viala, Jérome Pouly, et l'énorme Bruno Rafaelli, au propre comme au figuré. Les répliques fusent à la vitesse des balles sur la terre battue de Roland-Garros, mais là, il y a ce petit quelque chose en plus, très rassurant. Cela fait 123 ans que c’est drôle et ça ne semble pas près de s’arrêter. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Théâtre Spectacle Isabelle NANTY
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants