2 min de lecture Littérature

Goncourt et Renaudot : que rapportent les prestigieux prix littéraires à leurs auteurs

Les écrivains espèrent souvent remporter l'un de ses prix littéraires pour accéder à la gloire, voire à la richesse. Pourtant, la fortune est loin d'être (immédiatement) assurée.

Jean-Paul Dubois au restaurant Drouant
Jean-Paul Dubois au restaurant Drouant Crédit : Alain JOCARD / AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et AFP

Être honoré par un prestigieux prix littéraire ne fera pas de vous un homme riche, du moins pas sans la participation des lecteurs. En ce mois de novembre, et comme le veut la tradition, les plus grands prix littéraires sont remis. Les prix Goncourt et Renaudot, annoncés simultanément, sont certainement les récompenses du monde littéraire francophone qui rapportent le plus à leurs auteurs et leurs maisons d'édition respectives. 

Mais attention, le Goncourt n'est pas le prix Nobel de littérature. L'Académie suédoise est connue pour sa générosité et offre à chacun de ses lauréats 9 millions de couronnes suédoises, soit 830.000 euros environ. Une enveloppe dont le montant baisse année après année et que les gagnants doivent se partager en cas de co-victoire, mais une coquette enveloppe tout de même. 

10 euros... et un sacré coup de projecteur

L'Académie Goncourt elle, n'est pas très généreuse. Elle remet au lauréat un modeste chèque de 10 euros. Une dotation symbolique car le Goncourt permet surtout de déclencher des ventes pharaoniques en France et à l’étranger.

Les éditeurs des gagnants du Goncourt et du Renaudot ont prévu des réimpressions massives des livres primés. Selon le magazine Livres Hebdo, les éditions de L'Olivier qui savourent leur premier prix Goncourt grâce à Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois ont prévu une réimpression du roman à 220.000 exemplaires. Avant le Goncourt, le livre avait été tiré à 111.000 exemplaires. Selon l'institut GfK, 46.000 exemplaires du roman de Jean-Paul Dubois, sorti en août, avaient déjà été vendus avant le prix Goncourt. Et c'est sans compter les milliers de livres qui vont apparaître sous les sapins de Noël.

À lire aussi
Bernard Pivot, en mai 2015. littérature
Académie Goncourt : "Je vais continuer à utiliser Twitter", dit Bernard Pivot

Publié le 10 octobre et tiré initialement à 120.000 exemplaires, La panthère des neiges (Gallimard) de Sylvain Tesson, récompensé par le prix Renaudot, en est déjà à sa cinquième réimpression pour atteindre 180.000 exemplaires. Depuis l'attribution du Renaudot, une nouvelle réimpression de 200.000 exemplaires est en cours. Selon Gallimard, le livre s'est déjà écoulé à 140.000 exemplaires.

Quel prix fait vendre le plus ?

Le prix Goncourt reste le prix littéraire le plus prescripteur pour les ventes de roman. Selon une récente étude de l'institut GfK pour Livres Hebdo, sur la période 2014-2018, un prix Goncourt s'écoule en moyenne à 367.100 exemplaires, devant le Goncourt des lycéens (314.000 exemplaires) et le Renaudot (219.800 exemplaires). 

Derrière, le prix du roman Fnac prend de l'importance (171.300 exemplaires), devançant les quatre autres grands prix d'automne : Académie française (116.300 exemplaires), Femina (85.500), Interallié (46.900) et Médicis (34.600). Le prix Femina a été être décerné mardi et le prix Médicis le sera vendredi. Le Goncourt des lycéens sera proclamé le 14 novembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Livres Goncourt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants