1 min de lecture Coronavirus France

Crazy Horse : "On se devait de rouvrir" affirme Andrée Deissenberg, la directrice du cabaret

INVITÉES RTL - Andrée Deissenberg, directrice générale du Crazy Horse et Tina Tobago, infirmière et Crazy Girl, reviennent sur la réouverture du cabaret et leurs nouvelles conditions de travail.

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto iTunes RSS
>
Crazy Horse : "On se devait de rouvrir" affirme Andrée Deissenberg, la directrice du cabaret Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Nicolas Barreiro

Le Crazy Horse, célèbre cabaret des Champs-Élysées, a rouvert ses portes au public jeudi 1er octobre. Il fête son retour sur scène avec un spectacle rebaptisé pour l'occasion "We are back !". 

Après environ six mois de fermeture forcée, "on se devait de rouvrir" affirme la directrice générale de l'établissement, Andrée Deissenberg. "On le devait pour les danseuses, pour le public, on se devait de remettre de l'énergie qui est resté fermé si longtemps" poursuit-elle au micro de RTL Soir.

Les conditions de travail ont depuis changé pour les danseuses. "Avec les nouvelles restrictions, on a adapté le show pour que les règles soient respectées", explique Tina Tobago, infirmière et danseuse au Crazy Horse. 

"Elles ne se partagent plus du tout les costumes, les perruques, les chaussures, qui sont nettoyés de façon beaucoup plus importante" souligne Andrée Deissenberg. Et, comme partout ailleurs, les règles s'appliquent également au public, qui doivent obligatoirement porter un masque et respecter la distanciation sociale pendant les représentations.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants