1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. SEAir, la start-up française qui veut faire voler des vedettes de plaisance
1 min de lecture

SEAir, la start-up française qui veut faire voler des vedettes de plaisance

C'est une démonstration originale qui va se dérouler mercredi 14 mars sur la Seine : une start-up française SEAir va y tester ses bateaux volants. Le marché est immense.

SEAir, la start-up française qui veut faire voler des vedettes de plaisance
SEAir, la start-up française qui veut faire voler des vedettes de plaisance
Crédit : SEAir
SEAir, la start-up française qui veut faire voler des vedettes de plaisance
01:26
Sophie Joussellin & Loïc Farge

Ce ne sont pas les SeaBubbles, ces bateaux volants électriques qu'on attend depuis longtemps dans la capitale. Non ! Là ce sont des bateaux à moteur semi-rigides, avec un fond solide et des boudins pneumatiques sur les côtés. Vous les connaissez bien : ce sont des Zodiac, des engins qui, aujourd'hui, peuvent consommer 20 à 30 litres d'essence à l'heure.

L'idée de la start-up SEAir est d'installer sur ces bateaux des foils, une sorte d'appendice fixée sous le bateau qui, avec la vitesse, le surélève et le fait voler au dessus de l'eau. Avec un effet immédiat sur la consommation, puisque elle sera réduite d'environ 30%. C'est le même principe que les hydrofoils, ces gros bateaux qui effectuent des traversées vers les îles, notamment en Grèce.

La start-up vise un autre marché qui n'existe pas encore : celui des modèles plus petits, qui voleront à 20 ou 30 centimètres au-dessus de la surface. Ils ont vocation à être utilisés comme taxis volants sur les fleuves, sur les lacs (il y a déjà eu des tests sur le lac Léman) ou en mer, pour une navigation côtière.

Les inventeurs visent bien sûr le tourisme. Les plus grands modèles pourront transporter une quinzaine de passagers. Mais les douanes, les pompiers et la police sont aussi de potentiels clients.

À lire aussi

Et ces bateaux volants, qui se déplacent au-dessus des vagues, en plus d'être sobres, sont aussi plus stables et diminuent les risques de mal de mer.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/