2 min de lecture Augmenté

L’exosquelette : une solution pour travailler plus longtemps

Porté comme un sac à dos, un exosquelette permet de réduire une charge d'au moins 15 kilos. Un outils très prisé au Japon où 55% des personnes âgées de 65 à 69 ans ont un emploi.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
L'exosquelette : une solution pour travailler plus longtemps Crédit Image : iStock / Getty Images Plus | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Florise Vaubien

On a trouvé la solution pour travailler plus longtemps : les exosquelettes. Ce sont des robots fixés au corps qui facilitent les mouvements et parfois même les remplacent. Le concept séduit de plus en plus de japonais.

Au pays du soleil levant, la question des retraites est aussi un casse-tête compte tenu du vieillissement de la population et de la baisse de la natalité. Les pensions de retraite restent maigres et les seniors doivent travailler pour survivre. Près de 55% des Japonais âgés de 65 à 69 ans ont aujourd'hui un emploi contre moins de 6% en France. Évidemment, à cet âge-là, on n'a plus la force de ses 20 ans. D'où l’exosquelette !

Un véritable progrès ? Pas si sûr. On a voulu voir à quoi ces robots ressemblaient et comment ils fonctionnaient. Nous avons alors trouvé un article de Slate publié mardi 17 décembre, qui explique point par point le concept, vidéo à l'appui. 

15 kilos de moins pour 10.000 euros

Dans cette vidéo, Kenji Takemura, un manutentionnaire du port d'Osaka âgé de 59 ans, continue à charger, décharger, se baisser et porter des cartons. Des poids allant jusqu'à 100 tonnes par jour soulevées, tout cela grâce à son exosquelette. Il ne s'agit pas d'un énorme robot comme on pourrait se l'imaginer. Il s'agit plutôt d'un gros sac à dos qui s'accroche à la taille et au-dessus des genoux "comme une seconde peau", raconte Kenji.

À lire aussi
A travers Neuralink, Elon Musk veut augmenter les capacités du cerveau grâce à des circuits intégrés Augmenté
VIDÉO - Elon Musk a testé l'interface cerveau-machine de sa société Neuralink sur des cochons

Cette technologie permet de soulager les muscles et de réduire d'au moins 15 kilos la charge réelle supportée par le dos. Grâce à cet outil, Kenji Takemura se voit travailler bien au-delà de 63 ans l'âge légal de la retraite au Japon. Selon les informations de Slate, un million d'appareils de ce type seraient actuellement en circulation dans le pays, notamment dans les aéroports et les hôpitaux. Seul bémol, ou plutôt au moins un bémol : le coût de l'équipement. Il faut débourser au moins 10.000 euros pour se procurer un exosquelette, soit presque 6 fois le montant de la pension de retraite moyenne au Japon. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Augmenté Retraites Japon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants