5 min de lecture Fil Futur

Journée mondiale des emojis : quand les pictogrammes deviennent politiques

Ils font l'objet de commentaires, de récriminations, de pétitions. Les emojis peuvent avoir un sens très politique. La preuve en 5 exemples.

Des emojis de différentes couleurs de peau créés par Apple (illustration)
Des emojis de différentes couleurs de peau créés par Apple (illustration) Crédit : twitter.com/bLouis_
Coline Daclin Journaliste

Les emojis ne sont pas seulement une décoration pour vos messages. Ces petits pictogrammes sont massivement utilisés dans les conversations privées et sur les réseaux sociaux : rien que sur Messenger, la messagerie privée de Facebook, plus de 5 milliards seraient envoyés chaque jour. Ils ont même leur journée mondiale, qui se tient ce vendredi 17 juillet. 

Régulièrement, les emojis sont mis à jour, et chaque sortie fait l'objet de nombreux articles de presse et de commentaires. À tel point que certains lancent même des pétitions pour la création d'un motif qui leur tient à cœur.

Pourquoi un tel emballement ? Parce que les emojis permettent d'exprimer toute une palette d'émotions, mais aussi des opinions. Oui, les emojis peuvent être politiques. C'est un moyen de représenter une communauté, une culture, ou de se rassembler autour de codes communs. La preuve en 5 exemples. 

1. Les emojis transgenres

Ils font partie des nouveaux venus de la promotion 2020. Fin janvier, le consortium Unicode - qui coordonne le développement du système de codage informatique universel du même nom - a sorti une liste de 117 nouveaux emojis parmi lesquels un symbole transgenre et le drapeau bleu rose et blanc de la communauté transgenre.

À lire aussi
Connecté
Fuite massive sur LinkedIn : les données de 500 millions d'utilisateurs en vente sur Internet

La création de ces emojis fait suite à une demande de la communauté transgenre, qui souhaitait être représentée à travers ces symboles. En février 2018, l'activiste britannique Charlie Craggs avait ainsi lancé un hashtag pour demander à Unicode de créer un emoji de drapeau transgenre. Avec #ClawsOutForTrans, elle invitait la communauté trans à utiliser en masse l'emoji homard (🦞). L'expression "claws out for trans" est d'ailleurs un jeu de mot qui fait référence aux pinces du homard, et pourrait aussi être traduit par "sortez les griffes pour les trans". Pourquoi le homard ? Parce que les homards sont des animaux qui peuvent être gynandromorphes, c'est-à-dire présenter des caractéristiques masculines et féminines.

En mars 2019, une proposition officielle est faite à Unicode, avec un dossier qui justifie cette demande. Parmi les auteurs de cette demande, des employés de Google et Microsoft. "Google, Microsoft, et les personnes listées dans ce document pensent qu'en ajoutant cet emoji qui illustre nos expériences de vies, il ne s'agit pas seulement de créer une technologie qui devrait être accessible à tous - il s’agit de favoriser une culture inclusive pour les utilisateur dans le monde", écrivent-ils.

En plus de ces emojis qui représentent la communauté transgenre, Unicode a créé des emojis qui bousculent les stéréotypes de genre comme une femme en costume ou un homme en robe de mariée. En 2017 et en 2018, des emojis de personnes au genre "neutre" (🧑) et de couples non-genrés avaient déjà été créés

2. Le poing noir en l'air, symbole de Black Lives Matter

L'emoji poing levé a été créé en 2010, mais sa version en différentes couleurs de peau date de 2015. À cette époque, la plupart des emojis deviennent accessibles 5 couleurs de peau, en plus de l'habituel jaune, pour mieux représenter la diversité. Mais en juin dernier, l'utilisation de l'emoji poing levé en noir (✊🏿) explose : en cause, la mort de George Floyd, qui relance le mouvement Black Lives Matter (littéralement "les vies des Noirs comptent").

Le poing noir levé devient alors un symbole de ralliement du mouvement, et un signe de soutien à la cause de l'antiracisme. On le retrouve partout sur les réseaux sociaux. Le symbole s'est tellement imposé que dans le dernier iOS d'Apple, on pourra obtenir cet emoji en tapant dans la barre de recherche "Black Lives Matter" ou son abréviation "BLM".

3. L'emoji revolver

Sur la plupart des plateformes, si vous tapez "revolver" dans la barre de recherche des emojis, vous tomberez sur un pistolet à eau, et pas une arme à feu. Menés par Apple en 2016, Android, Microsoft, Facebook et Twitter ont changé un par un leur emoji revolver pour en faire une arme non létale (🔫). Une façon de décourager la violence, mais aussi peut-être de protester contre le port d'armes aux États-Unis. En tous cas, le choix d'Apple avait fait réagir le financier américain Michael Block : "Ils réécrivent la Constitution pour avoir l’air cool, c’est ça ce qu’ils font", avait-il déclaré sur la chaîne conservatrice Fox News.

4. Les emojis suprémacistes

Si les emojis peuvent représenter la diversité culturelle, ils peuvent aussi être utilisés à des fins racistes. Certains groupes suprémacistes se rassemblent en effet autour de symboles, pour faire valoir leurs opinons racistes. C'est le cas par exemple de l'emoji "OK" (👌), qui représente une main faisant un rond avec l'index et le pouce. C'est l'Anti-Defamation League, une organisation non-gouvernementale créée aux États-Unis pour lutter contre l'antisémitisme et les discriminations, qui a relevé son usage par des suprémacistes blancs. Au départ, le signe vient d'une blague sur le site 4chan, qui disait voir dans le signe les lettres W et P de l'expression "White Power". Mais certains suprémacistes semblent l'avoir pris au pied de la lettre. Il a notamment été utilisé par Brenton Tarrant, l'auteur des attentats de Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Un autre emoji, l'emoji "carte du monde" (🗺️) s'est aussi imposé en octobre 2019 comme un signe de ralliement de la fachosphère, a relevé L'Obs. Associée au hashtag #cartosphere, il était utilisé pour partager une carte raciste censée représenter les pays du monde en fonction de leur QI.

5. La bataille culturelle par les emojis

Les emojis peuvent aussi être une manière de mettre en avant une culture, un patrimoine. En témoigne la bataille acharnée de la Bretagne pour un emoji de drapeau breton. Elle a d'ailleurs lancé une pétition pour obtenir son emoji, ce qui a poussé Twitter à l'adopter temporairement en janvier. Dans la foulée, la Normandie a demandé la même chose

Une pétition a aussi été lancée par des Italiens pour améliorer l'emoji pizza (🍕) et en faire une véritable pizza napolitaine. En février, Le Monde a aussi regretté que l'emoji fondue entre dans le standard Unicode, et pas l'emoji raclette, que le journal avait proposé l'année précédente. Pas de quoi créer un incident diplomatique entre la Suisse et la France cependant.

En bref, les emojis peuvent représenter aujourd'hui des luttes et des opinions politiques parce qu'ils sont à la fois des outils de représentation et des codes communs entre les personnes. De nombreuses pétitions existent encore pour que de nouveaux emojis voient le jour. Début 2019, des femmes Afro-Américaine ont par exemple réclamé des emojis avec une coupe afro, estimant que les emojis aux cheveux frisés ne représentaient pas bien leur type de cheveux. D'autres pétitions, beaucoup moins sérieuses, réclament entre autre un emoji Jul, une guillotine ou encore un bébé Yoda.

Lire la suite
Fil Futur Smartphone Connecté
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants