1. Accueil
  2. Actu
  3. Sciences et Tech
  4. Fausses couches : des scientifiques identifient leur origine
1 min de lecture

Fausses couches : des scientifiques identifient leur origine

Deux spécialistes britanniques des cellules souches ont publié une étude sur les causes des fausses couches à répétition qui touchent 1% des femmes.

Une jeune femme enceinte de 5 mois (illustration).
Une jeune femme enceinte de 5 mois (illustration).
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
Geoffroy Lang
Journaliste

Le calvaire des fausses couches récurrentes, qui touche environ une femme sur cent, pourrait enfin avoir trouvé une explication. Deux scientifiques de l'université de Warwick, au Royaume-Uni, ont publié une étude en décembre 2015, dans laquelle ils pointent le manque de cellules souches dans la paroi utérine des femmes sujettes aux fausses couches à répétition. Les professeurs Jan Brosens et Siobhan Quenby ont découvert que le déficit de ces cellules souches provoque un phénomène de vieillissement accéléré de la muqueuse et entraîne par conséquent l'échec de la grossesse.

"Nous avons découvert que la muqueuse utérine chez les patientes souffrantes de fausses couches récurrentes était déjà défectueuse avant la grossesse",  explique le professeur Jan Brosens dans les colonnes du Guardian. Pour mener ses recherches, l'équipe de Jan Brosens et Siobhan Quenby a analysé 183 tissus de muqueuse de femmes victimes de fausse couche, rapporte la revue scientifique Stem Cells ("cellules souches" en anglais).

Cette découverte pourrait permettre d'apporter des solutions médicales aux femmes victimes de fausses couches récurrentes pour Jan Brosens : "J'estime que ces anomalies pourront être corrigées avant qu'une patiente ne tente de contracter une grossesse." L'objectif des chercheurs de l'université de Warwick est désormais de trouver le moyen d'augmenter le nombre de cellules souches dans la paroi utérine des patientes. "De nouvelles interventions visant à améliorer la muqueuse de l’utérus seront pilotées au printemps 2016", a d'ailleurs annoncé le professeur Siobhan Quenby. Le scientifique souligne par ailleurs la nécessité "d'améliorer les dépistages" pour lutter contre les fausses couches.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/