1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Facebook muscle Live pour passer devant Periscope
4 min de lecture

Facebook muscle Live pour passer devant Periscope

Le réseau social a présenté de nouvelles améliorations de son service de diffusion de vidéos en direct sur mobile.

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, lors du sommet F8 de San Francisco en 2015
Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, lors du sommet F8 de San Francisco en 2015
Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Facebook ne veut pas laisser Periscope faire la course en tête dans la vidéo en direct sur mobile. Pour ne pas laisser le champ libre au service racheté l'an dernier par son rival Twitter, qui a fêté récemment son premier anniversaire et revendique plus de 200 millions de vidéos diffusées en direct, l'entreprise de Mark Zuckerberg a présenté mercredi 6 avril une série d'améliorations pour sa plateforme de diffusion de vidéos en direct depuis un smartphone, Facebook Live. Certains fonctionnalités rappellent fortement celles de Periscope, notamment la représentation des live sur une carte du monde et les interactions en direct pendant les vidéos. Elles témoignent de la priorité accordée à la vidéo en direct par Mark Zuckerberg depuis plusieurs mois désormais.

Un meilleur contrôle de la diffusion et plus d'interactions

La première concerne les interactions des spectateurs avec les diffuseurs de live. Les réactions apparaîtront désormais en direct sous la forme de petits symboles reprenant les différentes émotions proposées depuis peu sur Facebook (j'aime, wow, j'adore, haha, en colère, triste). "C'est comme entendre les applaudissements ou les encouragements de la foule", assure Fidji Simo, une des responsables du produit Live chez Facebook. 

La mise à jour du service introduit la possibilité de rejouer une vidéo avec les commentaires. Un moteur de recherche dédié à Live va faire son apparition sur l'application Facebook. Les utilisateurs pourront y visionner les vidéos en direct les plus populaires et repérer celles qui sont susceptibles de les intéresser grâce à un classement par thèmes. Une carte du monde permettra également de répertorier l'ensemble des flux publics retransmis en direct pour rendre leur consultation plus facile.

Un moteur de recherche dédié aux Live va faire son apparition sur l'application mobile
Un moteur de recherche dédié aux Live va faire son apparition sur l'application mobile
Un moteur de recherche dédié aux Live va faire son apparition sur l'application mobile
Les flux diffusés en direct seront représentés sur une carte du monde
Les diffuseurs de vidéo pourront appliquer un filtre à leur vidéo
Les utilisateurs pourront inviter leurs amis à visionner un Live
Un moteur de recherche dédié aux Live va faire son apparition sur l'application mobile
Les flux diffusés en direct seront représentés sur une carte du monde
Les diffuseurs de vidéo pourront appliquer un filtre à leur vidéo
Les utilisateurs pourront inviter leurs amis à visionner un Live
1/1

Les créateurs de vidéos pourront limiter la diffusion à certains de leurs amis, aux membres d'un groupe spécifique ou aux personnes conviées à un événement. De quoi permettre de donner un aperçu d'une fête aux invités ou de diffuser un concert privé par exemple. La nouvelle version de Live donne aussi la possibilité d'ajouter des filtres aux vidéos, pour leur donner par exemple un effet rétro ou coloré. Le spectateur d'une vidéo pourra inviter ses amis à la regarder en même temps que lui.

Un nouveau mode de partage incontournable

À lire aussi

Inauguré à l'été 2015 par une vidéo du défenseur international du FC Barcelone Gerard Piqué, Facebook Live était initialement réservé aux célébrités. La fonctionnalité a été élargie au grand public au début de l'année. Le service permet aujourd'hui de diffuser des vidéos mobiles en direct depuis une soixantaine de pays avec un iPhone d'Apple, et il est en cours de déploiement international pour les appareils opérant sous Android, le système d'exploitation de Google, depuis la fin de février.

Facebook, qui revendiquait en novembre 8 milliards de vidéos visionnées au quotidien par ses membres, veut poursuivre "son évolution naturelle" de réseau social, initiée par le partage de statuts puis élargie au partage de photos et maintenant de vidéos, en proposant des contenus plus immersifs et interactifs. La firme de Mark Zuckerberg imagine déjà des célébrités diffuser les coulisses du tapis rouge des Oscars, des présentateurs de télévision poursuivre le débat de leur émission et des sportifs dévoiler leur préparation des grands matches.

À l'instar de Periscope, Facebook Live s'impose progressivement comme un nouveau canal de diffusion de l'information. Lors des émeutes de Baltimore au printemps dernier, comme lors des attentats de Bruxelles le 22 mars, de nombreux journalistes et témoins ont utilisé ces services pour partager l'événement avec leurs contacts. De plus en plus de groupes médiatiques s'y convertissent et apprennent à les utiliser pour approfondir les interactions avec leur audience.

YouTube dans le viseur

Facebook Live part avec un net avantage sur Periscope, qui revendique plus de 10 millions d'utilisateurs dans le monde et bénéficie d'un fort écho médiatique, notamment en France où son utilisation par le footballeur du PSG Serge Aurier et les représentants du mouvement citoyen "Nuit debout" l'ont révélé. Le premier réseau social de la planète dispose d'un nombre d'utilisateurs beaucoup plus important avec 1,5 milliard de personnes à travers le monde, contre 320 millions pour Twitter.

Les deux rivaux ont déjà étouffé la concurrence de Meerkat, pionner dans la vidéo en direct sur mobile, qui a déposé les armes le mois dernier. Mais Facebook vise plus loin. Le réseau social a intensifié ces derniers mois son investissement dans la vidéo, comme les vidéos à 360 degrés et la réalité virtuelle, pour se positionner comme le rival de YouTube, qui prépare sa propre application de streaming live. Le jeu en vaut la chandelle. Selon le cabinet eMarketer, la vidéo publicitaire en ligne devrait représenter 7,7 milliards de dollars cette année et atteindre 14 milliards à horizon 2019, rien qu'aux États-Unis. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/