1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Facebook : "Ce n'est pas la faute personnelle" de Zuckerberg, juge un spécialiste
1 min de lecture

Facebook : "Ce n'est pas la faute personnelle" de Zuckerberg, juge un spécialiste

INVITÉ RTL - Jérémie Manie, spécialiste des réseaux sociaux, revient sur l'audition du patron de Facebook devant le Congrès américain, après l'affaire Cambridge Analytica.

Mark Zuckerberg devant le Congrès, mardi 10 avril 2018.
Mark Zuckerberg devant le Congrès, mardi 10 avril 2018.
Crédit : CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Facebook : "Ce n'est pas la faute personnelle" de Zuckerberg, juge un spécialiste
00:07:46
Julien Sellier & La rédaction numérique de RTL

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a fait son mea-culpa mardi 10 avril devant le Congrès américain pour avoir échoué à protéger la vie privée des utilisateurs du réseau mondial, dont les données personnelles ont pu être utilisées à des fins politiques. Et les sénateurs l'ont plutôt bousculé sur la confidentialité au sein du réseau social.

"Nous n'avons pas pris une mesure assez large de nos responsabilités et c'était une grosse erreur. C'était mon erreur et je suis désolé", a-t-il lancé, la voix marquée par l'émotion. "C'est dans l'esprit américain de revendiquer les erreurs et de faire amende honorable (...) Ça plait beaucoup aux Américains et ça permet de vite se faire pardonner", analyse Jérémie Mani, spécialiste des réseaux sociaux.

Selon le président de Netino, entreprise française de gestion de contenus, "ce n'est pas [la] faute personnelle" de Mark Zuckerberg, "si ce n'est qu'il est président de cette société". Et de poursuivre : "Facebook a un modèle économique basé sur la publicité", ce que "les gens semblent découvrir aujourd'hui". Mais "ce n'est pas nouveau".

Et ça va continuer. Car Mark Zuckerberg ne compte pas changer de modèle économique, en faisant payer un abonnement aux membres de Facebook par exemple. "La seule chose qu'il craint est la régulation imposée (...) Le fait que le Congrès, les sénateurs, qu'ils soient Américains, Européens ou Asiatiques, imposent à Facebook des contraintes beaucoup plus fortes", explique Jérémie Mani.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/