2 min de lecture Espace

Thomas Pesquet en direct depuis l'ISS : "C'est de la science-fiction"

L'astronaute français s'est exprimé pour la première fois depuis la station spatiale internationale qu'il a rejoint samedi.

Thomas Pesquet s'est exprimé depuis l'espace pour la première fois le 23 novembre
Thomas Pesquet s'est exprimé depuis l'espace pour la première fois le 23 novembre Crédit : Capture d'écran
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Il est arrivé décontracté, une mappemonde dans les bras, pas décontenancé le moins du monde par les 400 kilomètres le séparant de la Terre. Arrivé samedi soir à bord de la station spatiale internationale, où il doit séjourner pendant six mois, l'astronaute français de 38 ans Thomas Pesquet a effectué son premier direct depuis l'espace, mercredi 23 novembre, en liaison avec l'Agence spatiale européenne. 

Après un petit retard à l'allumage du micro, l'ingénieur de bord des expéditions 50 et 51 de la station spatiale est revenu sur ses premiers jours en orbite, son nouveau quotidien, les débuts de ses missions scientifiques et ses émotions d'astronaute, au moment de voir l'ISS se dessiner dans le ciel : "C'est de la science-fiction de rejoindre cette base spatiale, une vraie gifle à travers la figure".

"On a déjà épuisé notre quota de malchance"

Même s'il n'a pas "encore eu beaucoup le temps de profiter de la vue de la Terre depuis l'espace", Thomas Pesquet est "super content d'être là". "C'est beaucoup mieux que ce que j'avais imaginé. Je suis un peu gonflé car j'ai un afflux de sang dans le cerveau mais personne n'est tombé malade. On dort très bien, on flotte avec un sac de couchage accroché au mur. C'est super reposant", a-t-il assuré depuis le laboratoire européen Colombus, où il effectue la plupart de ses missions à bord. 

Les journées s'apparentent à des "marathons", partagées entre les opérations de maintenance et les expériences scientifiques prévues pour la mission. Mais "travailler en impesanteur est hyper naturel car la station est très bien rangée et il y règne une grande sensation de liberté". Le Français doit mener pas moins de 62 expériences pour le compte de l'Agence spatiale européenne ou de l'Agence française et une cinquantaine en coopération avec les agences américaine, canadienne et japonaise.

À lire aussi
espace
Avec Ingenuity sur Mars, la Nasa veut montrer qu'il est possible de voler ailleurs

En marge de ces débuts idylliques, l'astronaute a aussi connu son lot de déboires. "On a passé une bonne partie de la journée d'hier à réparer les toilettes qui se sont cassées dès le deuxième jour", a-t-il expliqué. "Du coup, je pense qu'on a déjà épuisé notre quota de malchance pour la mission". 

Un astronaute hyper communicant

Thomas Pesquet a décollé jeudi soir du cosmodrome de Baïkonour en compagnie de l'Américaine Pegguy Whitson et du Russe Oleg Novitski. Après 48 heures dans la capsule Soyouz, l'équipage a rejoint la station spatiale internationale samedi au terme d'une manœuvre de plus de deux heures. Durant son séjour à bord de l'ISS, Thomas Pesquet doit communiquer régulièrement avec la Terre, via les réseaux sociaux notamment, afin de documenter son aventure spatiale, l'une des missions des astronautes.

Son intervention d'une vingtaine de minutes est disponible dans le flux vidéo ci-dessous.

La rédaction vous recommande

.

Lire la suite
Espace ISS Propulsé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants