1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Elon Musk avance sur son projet de connecter cerveaux et ordinateurs
1 min de lecture

Elon Musk avance sur son projet de connecter cerveaux et ordinateurs

Neuralink, la start-up d'Elon Musk qui a pour but de créer des implants cérébraux, a levé 27 millions de dollars.

Elon Musk, le milliardaire à la tête de SpaceX
Elon Musk, le milliardaire à la tête de SpaceX
Crédit : DAVID MCNEW / AFP
Océane Blanchard

Elon Musk, le PDG de Tesla et Space X, cumule les projets futuristes. Après le train supersonique et les tunnels anti-embouteillages, sa start-up Neuralink a pour but de connecter le cerveau humain à l'ordinateur, par le biais d'implants. Un projet qui pourrait se concrétiser rapidement, puisque Neuralink a levé dernièrement 27 millions de dollars. 

Selon la "Securities and Exchange Commission", l'organisme américain de contrôle des marchés financiers cité par Bloomberg, l'entreprise d'Elon Musk aurait levé cette somme, à peine plus d'un an après sa création, pour se développer et concrétiser l'invention d'une interface homme-machine.

Le fondateur de Neuralink est quant à lui resté très discret sur le développement et le financement de sa start-up, précisant simplement sur Twitter que "Neuralink ne recherchait pas d'investisseurs"

Faire face à l'intelligence artificielle

La technologie que veut développer Elon Musk, si elle n'en est pour l'instant qu'à ses débuts, pourrait être révolutionnaire pour le fonctionnement cérébral. Il entend créer un implant cerveau-ordinateur, qui servirait à améliorer les capacités cognitives humaines

À lire aussi

Il avait évoqué l'idée pour la première fois lors d'une conférence, en 2016. "Nous sommes déjà des cyborgs", affirmait-il alors. "Nous avons une version partiale ou numérique de nous-mêmes dans nos mails, nos réseaux sociaux et les autres activités que l'on fait. Et nous avons des super-pouvoirs avec nos ordinateurs, nos smartphones et leurs applications". 

Elon Musk voit Neuralink comme un moyen d'améliorer l'intelligence humaine, pour lui offrir une compétitivité face à l'intelligence artificielle, qu'il considère comme "dangereuse" car peu réglementée. Dernièrement, il avait d'ailleurs réclamé des textes de loi pour réguler l'utilisation de l'intelligence artificielle, qui représente selon lui "le plus grand risque auquel notre civilisation sera confrontée". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/