1. Accueil
  2. Actu
  3. Sciences et Tech
  4. Cyberattaque à Angers : la ville du futur au défi d'un piratage massif
3 min de lecture

Cyberattaque à Angers : la ville du futur au défi d'un piratage massif

Une cyberattaque a paralysé les ordinateurs et les services en ligne de la ville d'Angers qui aspire à devenir la métropole la plus connectée du pays dans les prochains années.

L'hôtel de ville d'Angers
L'hôtel de ville d'Angers
Crédit : Wikimedia
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste

Sites Internet hors-service, démarches en ligne inaccessibles, ordinateurs paralysés... Comme de plus en plus de collectivités ces derniers temps, la ville d'Angers a fait l'objet d'une cyberattaque d'une ampleur importante ce week-end. 

Le système informatique de la municipalités et de la communauté urbaine a été paralysé par un logiciel malveillant qui a occasionné des perturbations dans l'organisation de la mairie et des services rendus aux administrés. 

Une agression en forme de défi pour la ville qui aspire à devenir la métropole la plus connectée du pays dans la prochaine décennie avec un important plan d'investissement visant à déployer des nouvelles technologies qui changent la vie de ses habitants.

Deux attaques successives

Les déboires de la localité du Maine-et-Loire ont débuté dans la soirée du vendredi 15 janvier. Une première attaque a été observée sur les comptes Instagram et Twitter officiels du maire de la ville, Christophe Béchu. 

À lire aussi

Après un bras de fer avec les assaillants, l'équipe municipale a perdu la main sur les comptes de l'édile, dont la photo de profil a été remplacée par une main tatouée. Un message en turc a aussi été publié dans la matinée avant que la mairie ne parvienne à reprendre le contrôle des comptes.

En parallèle, une seconde attaque a ciblé le système d'information de la ville et de son agglomération. Alertés de la présence d'un logiciel malveillant, les équipes ont découvert que l'ensemble des ordinateurs étaient paralysés. 

"C'est exactement ce qu'ont vécu d'autres villes ces dernières semaines. Le système s'est mis en rade et nous n'avons plus eu accès à rien. Le site Internet, celui des bibliothèques, les services rendus à la population, les logiciels, les ordinateurs...Tout était hors-service", explique un élu joint par RTL. 

L'attaque n'a pas encore été revendiquée

La ville a été victime d'une attaque de type rançongiciel classique. Une personne aurait probablement ouvert une pièce-jointe contenant un logiciel malveillant qui a créé une faille dans le système informatique et permis aux pirates de bloquer l'accès aux informations de la collectivité en les chiffrant. 

En général, les attaquants exigent une rançon pour restituer les données. La municipalité n'en a pas entendu parler pour l'instant et ne compte pas payer car elle dispose d'une sauvegarde de son système d'information.

Contrairement aux autres villes frappées ces derniers mois, l'attaque n'a pas encore été revendiquée. La ville assure qu'aucune extraction de données n'a été identifiée à ce jour par ses experts et ceux de l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (ANSSI). En cas de fuite d'informations, elle devrait avertir les habitants sur les risques qu'ils encourent car des hackers pourraient s'en servir pour envoyer des emails frauduleux.

La restauration du système d'information prendra plusieurs jours. Les systèmes informatiques des communes membres de l'agglomération sont également touchés et l'ampleur réelle de l'attaque reste à évaluer. 

Mardi soir, les démarches relatives aux titres d'identité et à l'état civil étaient à nouveau accessibles en mairie et au téléphone mais les services en ligne étaient toujours hors service. La mairie espère rouvrir le site des bibliothèques mercredi. En attendant, les agents municipaux doivent composer sans site Web, ni logiciels et réapprendre à utiliser des fiches papiers.

Un défi pour la smart city

Malgré un système de protection "perfectionné", aux dires d'un élu local, la ville d'Angers a fait les frais d'une offensive ciblée comme des dizaines de communes avant elle ces dernières semaines.

"Les collectivités ne sont pas forcément plus ciblées mais elles sont facilement identifiables et parfois plus vulnérables du fait de leurs systèmes informatiques hétérogènes. On peut télécharger des listes de noms de domaine sur des sites officiels et, avec de l'automatisation, on peut scanner qui les protège et cibler des attaques", explique Adrien Gendre, responsable stratégie produit chez Vade Secure, entreprise française spécialisée dans la protection des emails, joint par RTL.

Ces attaques vont continuer de défrayer la chronique à l'avenir car "les pirates se sont structurés" et agissent désormais comme "une entreprise à échelle mondiale avec différents niveaux d'intervention", souligne l'expert. La municipalité d'Angers prendra très certainement ces menaces au sérieux dans la mise en oeuvre de son projet de territoire intelligent visant à faire de la ville et son agglomération la "smart city" du futur d'ici la fin de la décennie. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/