2 min de lecture Téléphonie mobile

Zones blanches : "accord historique" entre le gouvernement et quatre opérateurs

Après six mois de négociations, les quatre opérateurs de téléphonie mobile ont accepté de débourser 3 milliards d'euros pour en finir avec les zones blanches en France.

micro générique RTL Week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Zones blanches accord historique entre le gouvernement et quatre opérateurs Crédit Image : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP | Crédit Média : Agathe Landais | Durée : | Date : La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et Agathe Landais

Qui n'a jamais désespérément cherché ne serait-ce qu'une once de réseau sur son téléphone lorsqu'il se trouvait à la montagne ou à la campagne ? Les conversations téléphoniques des habitants de ces zones dites "blanches" pourraient bientôt ne plus être interrompues.

Dans une interview au Journal du dimanche, publié dimanche 14 janvier, Julien Denormandie, secrétaire d'État à la Cohésion des territoires, annonce un "accord historique" entre les quatre principaux opérateurs télécoms (Bouygues Telecom, Orange, SFR, Free) qui "va permettre de changer le quotidien des Français" et d'en "finir avec les zones blanches". Emmanuel Macron avait fixé l'arrivée du haut débit et du très haut débit partout en France avant la fin de l'année 2020.

Dans le détail, les opérateurs doivent fournir un bon débit pour tous dans deux ans, et le haut débit dans cinq ans maximum pour toutes ces communes, où il est aujourd'hui très compliqué de passer un coup de téléphone sur son portable, et d'aller sur internet.

500 petites communes toujours en zone blanche

Emmanuel Macron a confié l'épineux dossier à Julien Denormandie. Épineux, car avant lui François Hollande et Nicolas Sarkozy s'y étaient, eux aussi, attelés avec plus ou moins de succès. En mai dernier, 500 petites communes étaient toujours classées en zone blanche.

À lire aussi
La faille est apparue sur le modèle Galaxy S10. Samsung recommande d'effacer toutes ses empreintes à l'intérieur du téléphone. High-tech
Galaxy S10 : Samsung recommande de supprimer ses empreintes après une faille

Julien Denormandie explique avoir posé un ultimatum aux opérateurs, qui ont accepté de construire 5.000 nouveaux pylônes et antennes, d’ici deux ans. La facture sera salée : au moins 3 milliards d'euros seront investis par les quatre opérateurs quand l'État ne versera pas un sous. Pour que la signature soit suivie d'effets, des sanctions sont prévues si les opérateurs décidaient de ne pas jouer le jeu.

"Nous allons faire en trois ans ce que nous avons fait jusqu’ici en quinze ans pour déployer la téléphonie mobile", se réjouit le proche d'Emmanuel Macron. Les opérateurs vont se focaliser en priorité sur les zones où l'on ne capte pas du tout. Mais aussi sur l'autoroute, et les lignes de chemin de fer, TGV et TER, où l'on pourra bientôt passer des coups de fil sans être coupés toutes les deux minutes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Téléphonie mobile Téléphone Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants