2 min de lecture Assemblée nationale

VIDÉOS - Chaban-Delmas, Cresson, Raffarin, Ayrault : les précédents discours de politique générale

DÉCRYPTAGE - Manuel Valls aborde mardi le traditionnel discours de politique générale qui doit rassembler une majorité restreinte et poser les grandes lignes de son programme politique. Un exercice parfois périlleux.

Jean-Pierre Raffarin, lors de son allocution de politique générale devant les députés de l'Assemblée nationale le 3 juillet 2002.
Jean-Pierre Raffarin, lors de son allocution de politique générale devant les députés de l'Assemblée nationale le 3 juillet 2002. Crédit : AFP
245300_CINI
Cyprien Cini
et Benjamin Hue

Manuel Valls prépare son grand oral. Le nouveau Premier ministre doit prononcer mardi 8 avril son discours de politique générale. 

Un rite inaugural de la Ve République qui doit permettre au nouveau chef du gouvernement de poser les grandes lignes de sa politique, de séduire les parlementaires et d'installer l'opposition dans son rôle. Puis il engagera la responsabilité de son gouvernement devant la représentation nationale. Un exercice de style qui a valu diverses fortunes à ses prédécesseurs à Matignon.

1969 : le discours présidentiel de Jacques Chaban-Delmas

C'est peut-être l'allocution qui a le plus frappé les esprits dans l'histoire de la Ve République. Le 16 septembre 1969, Jacques Chaban-Delmas prône la construction d'une "nouvelle société (...) prospère, jeune, généreuse et libérée", dans un discours à forte tonalité présidentielle peu goûté par le chef de l'État, Georges Pompidou.

1988 : les rêves de Michel Rocard

Le 29 juin 1988, le mentor de Manuel Valls se distingue par un discours articulé autour de l'onirisme, aux accents de "I have a dream" de Martin Luther King : "Je rêve d'un pays où l'on se parle à nouveau, je rêve d'une ville où les tensions soient moindres, je rêve d'une politique où l'on soit attentif à ce qui est dit, je rêve tout simplement d'un pays ambitieux".

1991 : la première douloureuse d'Edith Cresson

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon, à l'Assemblée nationale le 22 mars 2020 assemblée nationale
Coronavirus : des tests pour les politiques ? Mélenchon dénonce "un anti-parlementarisme"

Le 22 mai 1991, la première femme chef de gouvernement de la Ve République est fortement chahutée par les députés, certains ne se privant pas de rire ouvertement à certaines de ses formules, et inaugure l'un des mandats les plus fertiles en attaques machistes dans l'hémicycle.

1992 : la liste de corrompus de Pierre Bérégovoy

Le 8 avril 1992, le mitterrandien Pierre Bérégovoy, successeur d'Edith Cresson, signe une entrée en matière tonitruante en brandissant une feuille blanche au milieu de son allocution puis en menaçant de révéler les noms de personnalités de droite en proie à des scandales financiers.

2002 : Raffarin inaugure les "raffarinades"

Nommé par Jacques Chirac, Jean-Pierre Raffarin se fait rapidement connaître du grand public par son sens de la formule. En déclarant le 3 juillet 2002 "notre route est droite mais la pente est forte" devant les députés, ce proche de Jacques Chirac donne naissance aux "raffarinades" qui feront le sel de sa législature. 

2012 : Jean-Marc Ayrault interrompu par le malaise d'un député

Le 3 juillet 2012, Jean-Marc Ayrault est interrompu au bout d'une trentaine de minutes par le malaise d'un député socialiste. La séance est arrêtée le temps que les huissiers fassent évacuer le malheureux Patrick Vignal, député de l'Hérault. Pris au dépourvu, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone s'enquiert de la procédure à suivre auprès d'une greffière, avant de lever la séance.

>
On surfe sur les discours de politique générale Crédit Média : Cyprien Cini | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault Jean-Pierre Raffarin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants