2 min de lecture Présidentielle 2017

VIDÉO - Présidentielle 2017 : le "ni-ni" pourrait se transformer en "Pas un vote pour Le Pen !"

QUESTIONS DE CAMPAGNE - Les ténors des Républicains planchent déjà sur la stratégie à adopter pour l'entre-deux-tours et évoquent l'éternel "ni-ni".

Pauline de Saint-Rémy et Marie-Pierre Haddad
Pauline de Saint-Rémy et Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

À dix jours du premier tour de l'élection présidentielle, François Fillon continue de multiplier les meetings, dans la dernière ligne droite de la campagne. Le candidat de la droite et du centre aurait déjà réservé une salle pour le soir du 23 avril. Il s'agit du Palais des Congrès, à Paris. En coulisses, l'ancien premier ministre a appelé Nicolas Sarkozy pour le remercier du soutien apporté dans un message sur Facebook

Du côté des Républicains, la stratégie du "ni-ni" refait surface en vue de l'entre-deux-tours. "Ce sera le cas si les sondages se confirment et que Marine Le Pen et Emmanuel Macron arrivent au second tour. Au sein du parti, les ténors ont déjà commencé à plancher sur la question. Ils affirment tous que le soir du premier tour si François Fillon est éliminé, le débat resurgira. Depuis de nombreuses années, c'est devenu depuis une ligne de fracture au sein du parti", explique Pauline de Saint-Rémy, journaliste politique à RTL.

"Pas une voix pour Le Pen !"

Selon Le Canard Enchaîné du 12 avril, "La plupart des dirigeants Républicains font semblant de croire aux chances de leur candidat et ne se préoccupent plus que d'une seule question : comment éviter que le parti explose dès le 23 avril au soir". Un dirigeant du parti aurait même trouvé un slogan "Pas une voix pour Le Pen !". "Cela consiste à dire que l'on fait barrage contre le Front national, mais on n'appelle pas à voter pour Emmanuel Macron. C'est encore plus ambigu que le 'ni-ni'", ajoute Pauline de Saint-Rémy.

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui est favorable à un front républicain, reconnaissait qu'il était sûr que Les Républicains appellerait à voter contre la candidate du Front national mais "la question est de savoir si dans le compromis trouvé, il y aura un degré de 'permissivité', comme l'ancienne ministre le dit elle-même. Est-ce qu'ils se cacheront derrière un slogan ambigu pour ne pas dire aux soutiens de voter Emmanuel Macron" ?, s'interroge la journaliste politique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Fillon Les Républicains
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants