2 min de lecture Laurence Rossignol

VIDÉO - Le Debrief du Grand Jury du 24 mai 2015 : Laurence Rossignol

Les journalistes Jérôme Chapuis, Yves Thréard et Éric Revel ont débriefé le passage de la secrétaire d'État à la Famille au "Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI", dimanche 24 mai.

micro générique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le debrief du Grand Jury : Laurence Rossignol Crédit Image : RTL / Romain Boé / Abacapress | Durée : | La page de l'émission
Jérôme Chapuis
Jérôme Chapuis et Marie-Pierre Haddad

L'intervention de Laurence Rossignol, secrétaire d'État à la Famille était un "baptême du feu", estime Jérôme Chapuis. "C'est réussi. Elle a des sujets assez compliqués. Si sa langue fourche, cela peut avoir des conséquences importantes. Elle est très pédagogue et ferme", indique Yves Thréard. Quant à Éric Revel, il a trouvé que la membre du gouvernement était "tendue au début. On sentait qu'elle avait bossé. Elle était solide mais parfois ce n'est pas simple pour elle, parce que dans ce gouvernement il y a au moins deux lignes différentes".

Pas de suppression du quotient familial

Laurence Rossignol a précisé qu'il n'était "pas question de toucher au quotient familial". "Il faut être plus précis en disant qu'ils ne toucheront 'plus' au quotient familial. S'il est touché, cela aurait un impact direct sur la feuille de revenu. Or, elle communique comme tous les ministres en disant que 9 millions de ménages vont voir leurs impôts baisser, vous ne pouvez pas à la fois réduire le quotient familial et prétendre que vous allez réduire les impôts", explique Éric Revel.

"Le gouvernement a touché à la politique familiale. Elle a perdu son caractère universaliste. La famille a été obligée de participer à l'effort national, pour qu'il y ait moins de dette dans notre pays", ajoute Yves Thréard. 

Ce dossier est compliqué et ce qui le complexifie politiquement est qu'il y a deux lignes : celle de Taubira et celle de Manuel Valls

Éric Revel
Partager la citation

Concernant le jour de solidarité, "On n'arrivera pas à faire cette cinquième branche de la sécurité sociale. On se dirige tout droit vers une assurance qui soit souscrite de façon individuelle et privée", note Yves Thréard.

À lire aussi
Le Sénat, le 9 juillet 2018. famille
Après l'Assemblée, le Sénat veut lui aussi bannir la fessée

Sur la GPA, Laurence Rossignol "y est opposée", note Jérôme Chapuis. "C'est très improbable parce que les pays qui la pratiquent ne tiendront pas compte de la législation française", ajoute Yves Thréard. "Ce dossier est compliqué et ce qui le complexifie politiquement est qu'il y a deux lignes : celle de Taubira et celle de Manuel Valls", insiste Éric Revel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laurence Rossignol Parti socialiste Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants