2 min de lecture François Hollande

VIDÉO - François Hollande et le patronat : une relation compliquée

MOI PRÉSIDENT - Désireux d'établir un dialogue constructif avec les patrons, le président de la République se heurte régulièrement aux réticences du Medef concernant ses demandes de contreparties.

François Hollande et Pierre Gattaz
François Hollande et Pierre Gattaz Crédit : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

"J'aime l'entreprise" ; "My governement is pro-business" ; "Ich mag die Unternehmen". Par trois fois, et dans trois langues différentes, Manuel Valls s'est fait le porte-parole d'un gouvernement socialiste qui cherche à s'entendre avec le patronat et le revendique.

Trahison pour les tenants de la gauche, implacable logique pour les sociaux-libéraux, qui voient mal comment l'exécutif pourrait tourner le dos aux entreprises et au syndicat des patrons. Si le président du Medef, Pierre Gattaz, salue les qualités d'Emmanuel Macron, récemment nommé à Bercy, et se réjouit du discours de Manuel Valls - objet d'une standing ovation - lors de ses universités d'été, il n'oublie pas que les points de divergence avec François Hollande sont nombreux.

Lorsque le président de la République annonce le pacte de responsabilité et de solidarité, il veut envoyer un signe fort : le gouvernement veut aider les entreprises à investir, innover et grandir. Mais il réclame une contrepartie de taille : des embauches.

Hollande tente d'établir un climat de confiance

"Moi je lui dirais qu'il faut maintenant passer aux actes, explique Pierre Gattaz sur RTL, ce jeudi 6 novembre. La baisse des charges c'est en cours, on nous promet 40 milliards sur 3 ans jusqu'en 2017 (...) mais on fait face à un déferlement de taxes et d'impôts."

>
Pierre Gattaz : "François Hollande doit restaurer la confiance auprès des chefs d'entreprise" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : RTL | Date :

"Les revendications ne doivent jamais être le prétexte à l'inaction et au blocage", répond Manuel Valls. Alors ministre, Arnaud Montebourg espère que les mesures prises par le gouvernement permettront de créer à terme 1,8 million d'emplois. Le Medef demande, lui, encore plus d'aides pour réussir à générer un million d'embauches. "La création d'emplois prendra quelques mois voire quelques années", prévenait-il d'ailleurs en juillet dernier.

À lire aussi
L'ancien président de la République à la cérémonie d'hommage pour le résistant Daniel Cordier aux Invalides, le 26 novembre 2020. François Hollande
Loi sécurité globale : François Hollande demande le retrait du texte controversé, pour "l'honneur"

François Hollande multiplie pourtant les signes pour établir un climat de confiance entre le patronat et l'État. De nombreuses mesures de son choc de simplification, telles que la simplification de la fiche de paie, le Titre emploi service (Tésé) et la déclaration sociale nominative, doivent permettre de faciliter la vie des entreprises tout en réalisant de nouvelles économies.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Moi Président Pierre Gattaz
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants