3 min de lecture François Hollande

Vente de Rafale à l'Inde : "François Hollande est un mauvais VRP de lui-même"

REPLAY / ÉDITO - Après la vente surprise de 36 avions de chasse Rafale à l'Inde, la question est de savoir si le Président français est crédité de ce succès.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Vente de Rafale à l'Inde : "François Hollande est un mauvais VRP de lui-même" Crédit Image : Alba Ventura | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Le Rafale, c'était un peu l'Arlésienne. L'Inde a annoncé vendredi 10 avril qu'elle allait acheter 36 avions de chasse à la France. Il s'agit du deuxième contrat en deux mois.

Le Rafale est devenu un objet très politique. Nicolas Sarkozy, souvenez-vous, en avait fait un défi politique. Pendant son quinquennat, il était toujours à deux doigts de vendre ce fleuron de l'aéronautique. On devait le vendre aux Émirats arabes unis, au Maroc, au Koweit, au Brésil, en Suisse. Même s'il s'était personnellement impliqué, ça n'a pas marché. Cela se concrétise pour son successeur.

Le rôle prépondérant de Le Drian

Alors sans doute, ça ne tient pas qu'à François Hollande. Le contrat indien, cela fait trois ans qu'il se discute. Certains avancent que c'est du côté de l'avionneur Dassault, ainsi que de la Direction de l'Armement, que la méthode a changé. Mais beaucoup soulignent aussi que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a joué un rôle prépondérant dans ces contrats.

Jean-Yves le Drian, c'est François Hollande qui l'a nommé. Alors si on veut être œcuménique, on dira que c'est la France qui a vendu le Rafale. Mais on peut aussi légitimement dire que dire c'est un succès pour François Hollande.

À lire aussi
François Hollande à Paris, en 2017 faits divers
VIDÉO - François Hollande exfiltré d'une librairie après une séance de dédicace

D'ailleurs je peux vous dire que pour Serge Dassault, le patron du Figaro - qui n'est pas spécialement un homme de gauche -, c'est un succès du président de la République. Il s'est même fendu d'une lettre de remerciement à François Hollande.

On peut légitimement dire que c'est un succès pour François Hollande

Alba Ventura
Partager la citation

François Hollande peut-il en tirer un bénéfice politique ? A priori, il devrait. Aujourd'hui, Dassault produit onze Rafale par an. Entre l'Égypte et l'Inde, il va y avoir 60 avions de plus à fabriquer. Qui dit plus de production, dit plus d'emplois. Certains avancent le chiffre de 8.000 emplois à la clé. Est-ce que c'est plus ? Est-ce que c'est moins ? Toujours est-il qu'il va falloir plus de main d'œuvre chez Dassault et ses sous-traitants. Tout cela, ça compte aujourd'hui.

Imaginez une seconde ce que Nicolas Sarkozy aurait fait d'une telle annonce. Il aurait couru les plateaux de télé et de radio. Il aurait mis en scène la vente du Rafale. Cela aurait été un festival pyrotechnique. Tout aurait été fait pour en tirer un maximum de bénéfice politique. Ce qui est étonnant avec François Hollande, c'est qu'il risque bien de passer à côté de ce succès. C'est un succès qui pourrait bien ne pas être mis à son crédit.

Un vrai problème d'image

François Hollande n'est pas un mauvais commercial du Rafale, puisqu'il vient de signer deux contrats. En revanche, il est un mauvais VRP de lui-même. Ce qui est curieux avec le Président, c'est que même si il dit : "C'est grâce à moi", on lui contestera cette victoire. Vous entendez ceux qui disent que ce sont les négociations de Nicolas Sarkozy qui ont fini par payer ; d'autres qui avancent que c'est Dassault qui a œuvré différemment.

On a l'impression que toute victoire que François Hollande remporte se fait malgré lui, qu'il n'en est pas vraiment l'artisan. C'est un vrai problème d'image. Ce qui pèche dans la perception de l'action du Président, c'est la notion d'efficacité ! Même lorsqu'il remporte un succès, on a l'impression que ce n'est pas lui.

On a l'impression que toute victoire que François Hollande remporte se fait malgré lui

Alba Ventura
Partager la citation

C'est tout le problème qui va se poser au Président dans les deux ans qui viennent : comment faire en sorte d'obtenir du crédit ? Regardez la croissance. Elle est en train de revenir. Toute la question est de savoir comment faire passer l'idée que c'est grâce à sa politique. Idem pour le chômage.

Le défi de François Hollande, c'est de parvenir à faire en sorte que les Français le créditent de son action. C'est la vraie difficulté pour le Président. C'est ce qu'il va devoir inverser s'il veut garder une petite chance pour 2017.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Nicolas Sarkozy Rafale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants