1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Valérie Pécresse : "L'expression de guerre de civilisation de Valls n'est pas exacte"
2 min de lecture

VIDÉO - Valérie Pécresse : "L'expression de guerre de civilisation de Valls n'est pas exacte"

INVITÉE RTL - La députée des Yvelines Valérie Pécresse revient sur la déclaration du Premier ministre Manuel Valls qui a employé le terme "guerre de civilisations" en parlant du terrorisme.

Mathilde Cesbron
Journaliste

L'intervention de Manuel Valls après les attentats en Isère et en Tunisie a fait du bruit au sein de la classe politique. Le Premier ministre a déclaré ce dimanche matin : "Nous ne pouvons pas perdre cette guerre parce que c'est au fond une guerre de civilisation. C'est notre société, notre civilisation, nos valeurs que nous défendons". Cette expression a rapidement été relevée par l'opposition car elle devenue politiquement sensible. Valérie Pécresse, invitée du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI ,lui préfère l'expression "guerre de la barbarie contre la civilisation".

"L'expression de Manuel Valls n'est pas exacte, a confié Valérie Pécresse dans Le Grand Jury car Daesh n'est pas une civilisation. Daesh est la barbarie. Les barbares de Daesh s'opposent à tous ceux qui ne pensent pas comme eux." Mais la députée des Yvelines préfère parler des actions de lutte contre le terrorisme plutôt que des expressions employées par la classe politique. "Je veux que le sujet du retour dans l'espace Shengen des Français partis faire le jihad soit amenée Je veux que le gouvernement soit plus ferme."

Je considère qu'il n'y a pas d'un côté les bons français qui votent à gauche et de l'autre les mauvais français qui votent à droite ou à l’extrême droite.

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse a affirmé être en désaccord avec une autre expression employée par Manuel Valls, celle de "bloc réactionnaire". Le Premier ministre a mis en garde dimanche contre "un bloc réactionnaire" comprenant l’extrême droite et une partie de la droite, qui veut "diviser" les Français autour de "la question de l’islam".

"Je n'admets pas ses propos. Je ne comprends pas le sectarisme en politique ou nulle part ailleurs. Je considère qu'il n'y a pas d'un côté les bons français qui votent à gauche et de l'autre les mauvais français qui votent à droite ou à l’extrême droite. Il faut parler à tous les Français et il faut voir le monde qui est en train de changer et accompagner ce changement. C'est ça le rôle d'un homme politique et non de cataloguer et cliver."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/