2 min de lecture Gouvernement

Un échec du pacte de responsabilité "serait aussi celui de Pierre Gattaz", selon Emmanuel Macron

Le ministre de l'Économie exhorte le Medef à trouver des contreparties aux 41 milliards de réductions de charges et de fiscalité des entreprises prévus dans le cadre du pacte de responsabilité.

Emmanuel Macron dénonce une "lubie" de Pierre Gattaz de trop dire ce qu'il pense (illustration).
Emmanuel Macron dénonce une "lubie" de Pierre Gattaz de trop dire ce qu'il pense (illustration). Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Entre le gouvernement et le patronat, il y a de l'eau dans le gaz. Sonnant la mobilisation contre la politique économique du gouvernement, qui a rassemblé plusieurs milliers de patrons à Paris et Toulouse lundi, Pierre Gattaz a appelé le gouvernement à mettre ses actions en conformité avec ses "belles paroles". Le ministre de l'Économie lui a répondu ce mardi 2 décembre en estimant que le faible nombre d'accords de branche signés dans le cadre du pacte de responsabilité représente aussi un échec pour le Medef et son patron. 

L'exaspération monte au gouvernement

"Je n'ai pas à qualifier l'attitude de Pierre Gattaz. J'ai juste à dire que dans pacte de responsabilité, il y a responsabilité, a affirmé Emmanuel Macron sur Radio Classique. Très peu d'accords de branches ont été signés. C'est un échec et c'est aussi le sien", a-t-il déclaré, exhortant le leader de l'organisation patronale à trouver des contreparties aux 41 milliards d'euros de baisse des prélèvements accordée aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité.

"Aujourd'hui, l'urgence pour le patronat, ce n'est pas de réclamer plus mais de prendre sa part de responsabilité avec un dialogue social efficace (...) parce que quand le dialogue social est bien mené, c'est un facteur de compétitivité", a martelé le successeur d'Arnaud Montebourg à Bercy. "Ce que nous attendons du Medef, c'est qu'il prenne ses responsabilités pour tirer l'économie vers le haut, a renchéri le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen sur France Info, appelant Pierre Gattaz à prendre "en considération que ses commentaires négatifs ont un effet sur l'économie".

Depuis l'ovation recueillie par Manuel Valls à l'université d'été du Medef pour sa déclaration d'amour à l'entreprise, le climat s'est nettement rafraîchi entre le gouvernement et le patronat. Face aux partenaires sociaux, au début du mois de novembre, le Premier ministre avait déjà fait part de son impatience en constatant que seulement une quinzaine de branches professionnelles sur les cinquante principales avaient entamé des négociations entre syndicats et patronat pour prévoir des contreparties aux baisses des charges accordées aux entreprises.

Macron donne des gages au Medef sur le compte de pénibilité

À lire aussi
Le masque est obligatoire dans les transports en commun, et en entreprises. santé
Coronavirus : l’arrivée d’un vaccin signifie-t-elle la fin du port du masque ?

Concernant le compte pénibilité, qui doit entrer partiellement en vigueur le 1er janvier mais est fortement décrié par les organisations patronales qui le jugent inapplicable, Emmanuel Macron a confirmé qu'un groupe de travail de PME plancherait pour "rendre la pénibilité supportable pour les entreprises, lesquelles y seraient représentées. Au micro de France Info, le président de la CGPME Jean-François Roubaud a indiqué lundi que "ce chef d'entreprise sera nommé avant mardi soir" au sein de la mission parlementaire.

François Hollande avait annoncé lors de son grand oral de mi-mandat le 6 novembre dernier qu'un chef d'entreprise et un parlementaire seraient associés à la mission sur l'application du compte pénibilité, la mesure phare de la réforme des retraites qui donne la possibilité aux salariés subissant des conditions de travail difficiles de partir plus tôt à la retraite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Medef Pierre Gattaz
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants