2 min de lecture Syrie

Syrie : les Latrèche démunis devant l'ampleur de la crise à Alep

LA CAMPAGNE EN FAMILLE - Cette famille de Nanterre se révolte devant l'impuissance de la France et ses alliés face à Bachar al-Assad.

Générique 3 La Campagne en Famille Maud de Carpentier & Alice Moreno
>
Syrie : les Latrèche démunis devant l'ampleur de la crise à Alep Crédit Image : Céline Landreau | Crédit Média : Maud de Carpentier, Céline Landreau | Durée : | Date : La page de l'émission
Maud de Carpentier et Céline Landreau

Retrouvailles avec la famille Latrèche, à Nanterre (Hauts-de-Seine). Le 30 octobre dernier, ils avaient évoqué la situation des migrants à Calais et partout en France, cette semaine, c'est de l'évacuation d'Alep et de la situation en Syrie, dont il a été question. "Moi, je ne comprends pas. Il fallait tous ces massacres là pour pouvoir se réveiller alors que la Syrie est en guerre depuis cinq ans", s'étonne Jamila, assistante maternelle. Son fils, Mehdi, se souvient de son dernier voyage en Syrie. "C'était magnifique, on avait visité tout : les églises, les mosquées, c'était un très beau pays."

Pour la famille, il y a plusieurs responsables : Bachar al-Assad d'abord. "Ils en ont eu marre de Bachar al-Assad, c'est pour ça que le peuple s'est levé. Bachar al-Assad avait derrière lui la Russie et c'est pour cela qu'ils n'ont pas pu s'en sortir." L'ONU ensuite. "Elle aurait dû s'implanter en Syrie, et aujourd'hui tout le monde se réveille. C'est notre faute à tous. Un pays, la Russie, a dit non et tout le monde les a suivis. Que l'on arrête l'ONU alors, elle sert à quoi", s'emporte l'homme de 29 ans.

Les femmes de la famille saluent en revanche l'initiative de François Fillon, qui souhaite mettre "toutes les personnes qui veulent arrêter ce conflit" autour de la table. Mehdi, lui, se révolte. "Il faut arrêter, il a tué tout son peuple." Sans illusions sur l'issue des négociations diplomatiques, les Latrèche espèrent que les responsables politiques français sauront oeuvrer pour épargner un maximum de vies en Syrie.

Dans cette famille, Jamila, la mère et Mehdi le fils, avaient voté pour François Hollande en 2012. Cette année, Jamila pense s'abstenir et incite ses enfants à faire de même. La petite dernière, Soumeya, n'a pas encore décidé de son vote. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Alep Réfugiés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants