1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Soupçons d'emplois fictifs : Michel Mercier entendu par les enquêteurs
1 min de lecture

Soupçons d'emplois fictifs : Michel Mercier entendu par les enquêteurs

Michel Mercier et ses deux filles ont été auditionnés séparément par les enquêteurs. Le but étant de déterminer si ces dernières ont bel et bien travaillé pour le Palais du Luxembourg.

Le sénateur Michel Mercier, le 16 mars 2016 à Paris
Le sénateur Michel Mercier, le 16 mars 2016 à Paris
Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Amélie James

Il avait renoncé à son siège au Conseil constitutionnel en raison de l'enquête judiciaire dont il fait actuellement l'objet. Michel Mercier a finalement été entendu par les policiers de l'Office anticorruption de Nanterre, ce jeudi 10 août, selon des informations de France Inter

Durant plus de cinq heures, celui qui est toujours sénateur du Rhône a du s'expliquer dans le cadre de l'enquête du parquet national financier sur des soupçons d'emplois fictifs. Michel Mercier est en effet soupçonné de détournements de fonds publics pour avoir employé ses deux filles au Sénat, entre 2003 et 2012 puis entre 2012 et 2014. L'enquête préliminaire avait été ordonnée à la suite d'une enquête du Canard Enchaîné.

Les trois membres de la famille Mercier ont donc été auditionnés séparément par les enquêteurs. Le but étant de déterminer si Delphine et Véronique Mercier travaillaient bel et bien pour le Palais du Luxembourg entre 2003 et 2014. Le doute pèse notamment sur le poste de Delphine Mercier employée comme assistante parlementaire alors qu'elle habitait à Londres. Son contrat de travail ne parle pourtant pas de travail à distance mais parle d'un poste basé à Paris. "Je tiens à la disposition du Sénat les travaux qu'elle a faits"avait affirmé le sénateur au micro de RTL, mercredi 2 août. 

Prêt à rembourser 40.000 euros

Selon France Inter qui cite une source proche de l'enquête, Michel Mercier a "fourni des éléments sur les travaux fournis par sa fille, démontrant qu'elle se rendait fréquemment à Paris". 

À lire aussi

Dès le début de scandale, le sénateur avait annoncé qu'il rembourserait l'intégralité des salaires perçus par ses deux filles soit la somme de 40.000 euros. Selon les éléments recueillis par les enquêteurs, le parquet pourra classer l'affaire ou ouvrir une information judiciaire. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/