1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Service national universel : "Les jeunes auront envie de le faire", dit Gabriel Attal
1 min de lecture

Service national universel : "Les jeunes auront envie de le faire", dit Gabriel Attal

INVITÉ RTL - Gabriel Attal, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation, revient sur le futur service national universel qui devrait concerner une centaine de jeunes dès juin prochain.

L'Invité de RTL Soir du 19 novembre 2018
L'Invité de RTL Soir du 19 novembre 2018
Crédit : RTL
Service national universel : "Les jeunes auront envie de le faire", dit Gabriel Attal
00:06:02
Service national universel : "Les jeunes auront envie de le faire", dit Gabriel Attal
00:06:02
Claire Gaveau
Claire Gaveau

On en sait plus sur le service national universel. Ce lundi 19 novembre, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale et Gabriel Attal, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation, ont levé le voile sur ce dispositif qui pourrait coûter 1,7 milliard d'euros à la France. "C'est le chiffre avancé dans le rapport. Il y aura un coût mais celui-ci va dépendre des arbitrages", tempère ce dernier. 

Invité de RTL, Gabriel Attal évoque également des "économies induites" alors qu'un jeune décrocheur de 16 ans coûte aujourd'hui "200.000 euros par an à la société". "S'il fallait arrêter le service militaire, on a peut-être jeté avec l'eau du bain un moment de mixité sociale et de cohésion au service des valeurs de la République", regrette-t-il.

La rédaction vous recommande

Au total, pas moins de 800.000 jeunes devraient être concernés par ce service national universel dont la première phase d'un mois (deux fois deux semaines, ndlr) sera obligatoire. Ainsi pendant quinze jours, les jeunes seront ainsi obligés de loger en internat, en centre de formation, en caserne, en structure de tourisme social afin de "les sortir de leur environnement immédiat".

Il faut sortir les jeunes de leur environnement immédiat

Gabriel Attal

Les quinze jours suivant seront dédiés à une mission d'intérêt général afin de "travailler sur soi". Si cette promesse de campagne d'Emmanuel Macron fait débat depuis de longs mois, Gabriel Attal affiche sa confiance : "Les jeunes auront envie de le faire". "Ce ne sera pas un service militaire. On a fait une consultation numérique et seulement 25% des jeunes disent qu'ils n'ont pas envie", explique-t-il assurant qu'il allait réussir à les convaincre. 

À écouter aussi

Ce service national, que le secrétaire d'État juge "complémentaire à l'école", devrait donc voir le jour dès le mois de juin prochain avec des premiers participants volontaires répartis sur une dizaine de départements pilotes. La suite ? "Une montée en puissance sur plusieurs années", dit-il. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.