1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Le service national universel, "en totale déconnexion" avec la jeunesse selon Lilâ Le Bas
2 min de lecture

Le service national universel, "en totale déconnexion" avec la jeunesse selon Lilâ Le Bas

INVITÉE RTL - La présidente de l'Unef déplore le caractère obligatoire du service national universel, dont les grandes lignes sont présentées ce mercredi 27 juin en Conseil des ministres.

Lilâ Le Bas, présidente de l'Unef
Lilâ Le Bas, présidente de l'Unef
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Le service national universel "en totale déconnexion" avec la jeunesse selon Lilâ Le Bas
04:27
La présidente de l'Unef Lilâ Le Bas déplore le caractère obligatoire du service national universel
04:26
Calvi-245x300
Yves Calvi
Animateur

Un écran de fumée ? Pour l'Unef comme pour le patron de la CGT Philippe Martinez, le projet de service national universel présenté ce mercredi 27 juin en Conseil des ministres n'apportera pas de plus-value à la jeunesse française. "C'est en totale déconnexion avec les aspirations et les besoins des jeunes aujourd'hui", estime la présidente du syndicat étudiant l'Unef, Lilâ Le Bas, au micro de RTL ce mercredi.

"Les jeunes s'engagent, volontairement, dans des associations, des structures, des ONG, mais de manière volontaire, pour des organisations qu'ils veulent défendre, avance-t-elle, dans un discours proche de celui du patron de la CGT. Nous, on ne veut pas avoir un engagement imposé, d'une durée d'un mois, pour des valeurs qu'on a du mal à comprendre".

En termes d'objectifs, "on a quand même du mal à comprendre ce que veut faire le gouvernement", estime Lilâ Le Bas. "À un moment c'était un service militaire, après c'est un service citoyen, après on peut apprendre des choses... Déjà il faut permettre à l'éducation de jouer pleinement son rôle. Si l'on veut permettre à chaque jeune de pouvoir accéder à des qualifications, à un diplôme, il faut se battre pour qu'ils ne décrochent pas et qu'ils ne partent pas du système scolaire."

Le gouvernement veut rattraper en un mois ce que n'a pas réussi à faire l'éducation nationale en 5, 6, 10 ans.

Lilâ Le Bas, présidente de l'Unef, syndicat national étudiant

La représentante du syndicat étudiant préconise de "rebattre les cartes de l'éducation nationale et d'y permettre plus de mixité sociale". Ce nouveau service représente à son sens "un aveu d'échec en tant que tel du gouvernement" qui propose de "rattraper en un mois ce que n'a pas réussi à faire l'éducation nationale en 5, 6, 10 ans pour des jeunes".

À lire aussi

Le service national universel devrait pourtant permettre à certains de passer leur Bafa, leur diplôme de premiers secours, d'accéder aux bases de l'instruction civique, de s'initier à l'investissement pour la communauté. Pour Lilâ Le Bas, les services civiques sont déjà là pour ça. "Il y a des centaines de milliers de jeunes qui veulent en faire tous les ans dans des structures qu'ils choisissent pour pouvoir avoir un engagement qui est rémunéré - pas suffisamment à mon avis - et qui est sur la base du volontariat".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/