1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Sénatoriales : la droite favorite à des élections pas comme les autres
3 min de lecture

Sénatoriales : la droite favorite à des élections pas comme les autres

Les élections sénatoriales de dimanche devraient pencher en faveur de la droite.

Les élections sénatoriales auront lieu dimanche 28 septembre
Les élections sénatoriales auront lieu dimanche 28 septembre
Crédit : JOEL SAGET / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Des élections pas comme les autres : le Sénat est renouvelé de moitié ce dimanche, et devrait revenir dans le giron de la droite, mais seuls quelque 87.000 grands électeurs, pour l'essentiel des élus locaux, sont appelés aux urnes.

La deuxième chambre du Parlement n'est en effet pas désignée au suffrage universel direct comme l'Assemblée nationale, mais par un collège composé principalement des délégués des conseils municipaux.

Les élections municipales de mars dernier ayant été largement remportées par la droite, celle-ci devrait logiquement sortir vainqueur du scrutin et récupérer la majorité qu'elle avait perdue en 2011, lors des précédentes élections sénatoriales.

Le Front national pourrait faire son entrée au Sénat

Pour la première fois, le Front national pourrait faire son entrée au Sénat, fondant ses espoirs sur le maire de Fréjus (Var), David Rachline et celui du 7ème secteur de Marseille, Stéphane Ravier. A l'UMP, la perspective de la victoire aiguise les appétits pour la présidence du Sénat, "le plateau", à laquelle, pour la première fois un socialiste, Jean-Pierre Bel, avait accédé il y a trois ans.

À lire aussi

Son prédécesseur, l'ancien ministre UMP Gérard Larcher, espère retrouver son fauteuil en cas de victoire de la droite, mais trouve de nouveau sur son chemin l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, lui aussi candidat, comme en 2008. Les sénateurs UMP trancheront entre les deux hommes - et un outsider, Philippe Marini - mardi, avant l'élection du président mercredi.

Peu de conséquences pratiques

La victoire probable de la droite, si elle constituera un nouveau revers pour François Hollande et le gouvernement après une rentrée calamiteuse, entraînera peu de conséquences pratiques. Déjà, depuis deux ans, si la gauche était majoritaire au Sénat, ce n'était pas le cas du seul Parti socialiste, et celui-ci s'est souvent retrouvé en minorité sur des textes-clefs.

Les communistes ou les radicaux de gauche ont parfois mêlé leurs voix à la droite, les premiers contre les budgets, et les seconds contre la limitation du cumul des mandats. Et les uns comme les autres sont opposés à la réforme territoriale.

"Le Sénat, même quand on l'a, ça ne sert à rien"

"Le Sénat, même quand on l'a, ça ne sert à rien. Donc, à partir de là, on s'en fout.. Le basculement à droite, ça va faire deux jours dans les médias", tentait cette semaine de minimiser un responsable gouvernemental. Le Sénat, qualifié "d'anomalie parmi les démocraties" en 1998 par Lionel Jospin, est régulièrement montré du doigt pour le train de vie de ses élus et de ses fonctionnaires, sous les ors du Palais du Luxembourg.

On s'en fout

Un responsable gouvernemental

Les réticences en début d'année du bureau du Sénat à lever l'immunité parlementaire de Serge Dassault, mis en examen dans une affaire d'achat de votes, ont aussi mis à mal son image. L'industriel, à 89 ans, se représente d'ailleurs, et n'est devancé comme doyen d'âge que par le communiste Paul Vergès, d'un mois son aîné.

58 départements métropolitains

Le Sénat étant renouvelé par moitié tous les trois ans, 179 de ses 348 sièges sont en jeu dimanche. Sont concernés 58 départements métropolitains (par ordre alphabétique, de l'Ain à l'Indre, et du Bas-Rhin à l'Yonne, sauf ceux de l'Ile-de-France), ainsi que ceux de Guyane, de Polynésie française, de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin, des Iles Wallis et Futuna, et six sièges pour les Français de l'étranger. 

S'ajoute le siège de Jean Arthuis, dans la Mayenne, qui a démissionné pour devenir député européen. Dans les 23 départements les plus peuplés, comprenant au moins trois sénateurs, le scrutin se déroule à la représentation proportionnelle, de 9h00 à 15h00. Dans les autres, le scrutin est majoritaire à deux tours : le premier le matin, de 8h30 à 11h00, le second l'après-midi, de 15h30 à 17h30.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.