1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Sénatoriales 2017 : La République En Marche part moins confiante que prévu
1 min de lecture

Sénatoriales 2017 : La République En Marche part moins confiante que prévu

CONFIDENTIELS RTL - Le parti présidentiel a revu ses ambitions à la baisse en vue du scrutin du 24 septembre prochain.

L'hémicycle du Sénat vu depuis le bureau du président de la Chambre haute
L'hémicycle du Sénat vu depuis le bureau du président de la Chambre haute
Crédit : AFP / Archives, Lionel Bonaventure
Pauline De Saint-Rémy : La République En Marche part moins confiante que prévu pour les sénatoriales
03:21
Sénatoriales 2017 : La République En Marche part moins confiante que prévu
03:26
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

Après avoir un temps ambitionné de doubler aisément son nombre de sièges à la chambre haute du Parlement - qui, pour mémoire, est majoritairement de droite depuis 2014 -, le parti présidentiel a dû revoir ses projections à la baisse au cours de l’été. Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, a commencé à préparer les esprits lui-même, le 31 août dernier : "Il n'y aura pas de raz-de-marée, pas de révolution au Sénat". Pour mémoire, la moitié des 348 sénateurs remettent leur mandat en jeu le 24 septembre prochain. Le groupe La République En Marche en compte 29. À en croire François Patriat, leur chef de file, il faudra compter sur dix à trente sénateurs supplémentaires au mieux. Résultat, la prudence est de mise dans les rangs du parti majoritaire à l'Assemblée. "On part de zéro", ne cessent de rappeler ses membres.

Il faut quand même rappeler une chose. Ceux que l'on appelle les "grands électeurs" qui votent pour nos sénateurs, sont dans leur très grande majorité des élus municipaux. Or, la droite avait assez nettement remporté les élections municipales de 2014, et part donc de nouveau favorite pour ce scrutin. Il n'en reste pas moins que dans la majorité comme dans l'opposition, tous s'accordent à dire que le président de la République s'est tiré une, voire plusieurs balles dans le pied cet été. La suppression partielle de la taxe d’habitation, la baisse des subventions aux collectivités et la baisse des APL sont autant de sujets qui suscitent l'inquiétude dans les mairies, et donc chez les "grands électeurs".

Qu'à cela ne tienne. Il va bien falloir motiver les troupes. C'est Édouard Philippe qui s'y collera ce mercredi 6 septembre. Le Premier ministre a rendez-vous à la mi-journée avec les têtes de liste REM pour les élections sénatoriales.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/