2 min de lecture Réforme des retraites

Retraites : "Par sa maladresse, le gouvernement renforce la mobilisation", dit Mazerolle

Face à la mobilisation prévue le 5 décembre prochain, le gouvernement envisagerait de retarder l'instauration du nouveau régime de retraite par points.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Retraites : "Par sa maladresse, le gouvernement renforce la mobilisation", dit Mazerolle Crédit Image : JOËL SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle édité par Thomas Pierre

Les Echos ont dévoilé jeudi matin le plan B prévu par le gouvernement pour la réforme des retraites. L'annonce de grève générale le 5 décembre, potentiellement reconductible, fait visiblement peur à l'exécutif. Le plus incroyable, c'est que ce document n'apporte rien de neuf.

Avant les menaces de grève, début septembre, Edouard Philippe avait déjà expliqué que rien n'était tabou, que s'il souhaitait un projet de loi d'ici l'été prochain, il était pourtant prêt à prendre le temps nécéssaire, avec l'annonce que chaque régime de retraite déterminerait lui-même le rythme auquel il rejoindrait le régime universel par points. 

Alors, en laissant fuiter ce document mercredi, qui met une fois de plus l'accent sur un calendrier de réforme très étalé dans le temps, le gouvernement donne le sentiment de ne plus être sûr de lui. 

Un "sauve-qui-peut"

C'est assez logique de dire qu'il respecte la concertation, qu'il accepte que tous les sujets soient mis sur la table. Mais avec un document pareil rendu public le jour-même de l'annonce d'une grève générale par plusieurs syndicats, cela ressemble plus à un sauve-qui-peut qu'à une maîtrise de la situation.

À lire aussi
La réforme des retraites est prévue pour 2025 réforme des retraites
Réforme des retraites : qu'est-ce que l'âge pivot, remis sur la table ?

De plus, en reculant en permanence, en déclarant qu'il peut envisager d'appliquer la réforme très lentement, le gouvernement contribue à populariser le discours syndical, selon lequel les futurs retraités vont y perdre. 

Dans le cas contraire, si le système par points était vraiment avantageux, il va de soi que le gouvernement insisterait au contraire sur l’intérêt de le mettre rapidement en vigueur. En réalité par sa maladresse, le gouvernement renforce la mobilisation contre lui. 

Des syndicats encore désunis

Les syndicats sont encore loin d'être unis, se surveillent les uns les autres, ne sont pas encore certains que la journée du 5 décembre sera une réussite. Maintenant, l'inquiétude gouvernementale leur permet de dire que la grève peut permettre d'obtenir le retrait de la réforme. 

On n'en est pas là. Macron et le gouvernement ont encore des atouts dans leur manche : des syndicats réformistes (CGT, UNSA) qui se prononcent en faveur de la retraite à points, même si ce n'est, là-aussi, pas aussi simple qu'il n'y paraît. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Retraites Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants