1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Salah Abdeslam arrêté : "Je pense qu'on en fait un peu trop", regrette François Fillon
2 min de lecture

Salah Abdeslam arrêté : "Je pense qu'on en fait un peu trop", regrette François Fillon

LE GRAND JURY - François Fillon s'est montré très critique de la gestion du gouvernement dans "Le Grand Jury" RTL/Le Figaro/LCI ce dimanche 20 mars.

François Fillon au Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 20 mars 2016
François Fillon au Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 20 mars 2016
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
"Le Grand Jury" avec François Fillon, 1ère partie, 20 mars 2016
28:00
"Le Grand Jury" avec François Fillon, 2nde partie, 20 mars 2016
24:10
L'intégralité du "Grand Jury" avec François Fillon, invité du 20 mars 2016
52:24
James Abbott
James Abbott

Candidat à la primaire de la droite et du centre en vue de l'élection présidentielle de 2017, François Fillon estime que le gouvernement n'a pas fait ce qu'il fallait dans la gestion des affaires internationales, et notamment concernant les questions de terrorisme. Le député de Paris estime que l'arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek (Belgique), vendredi 18 mars est une "bonne nouvelle" mais qu'il n'est "qu'un pion parmi d'innombrables pions dans une guerre mondiale". "Il ne faut pas exagérer les choses, en faire une immense victoire contre le terrorisme c'est d'une certaine façon nier la vérité qui est en face de nous", a-t-il attaqué en visant la réaction du gouvernement.

"On ne réfléchit pas suffisamment à la stratégie de nos adversaires, affirme-t-il. Ils veulent nous faire peur. Quand on parle tout le temps de lui, de la couleur des murs de sa prison, quand on en fait le cerveau (des attentats) je pense qu'on en fait un peu trop, lance-t-il. Ces criminels doivent être traités avec de la fermeté et un peu de mépris aussi. On en fait une sorte de héros pour le monde des fondamentalistes. L'État doit faire preuve de sang froid. Tout le monde en fait un peu trop."

François Hollande continue à faire de la gesticulation

François Fillon

Luttant dès la première heure contre l'inscription dans la Constitution du principe de déchéance de nationalité François Fillon a affirmé, que ce n'est pas une solution contre le terrorisme et qu'il ne voterai "aucune" des réformes constitutionnelles. "La déchéance de nationalité ne sert à rien, François Hollande a échoué, c'est une évidence", souligne-t-il. Il reproche également à Manuel Valls de trop jouer sur la peur du terrorisme. "Il ne suffit pas sans arrêt de brandir une menace, qui contribue à faciliter le travail des terroristes, et en même temps de ne pas prendre les décisions qui s'imposent."

François Fillon n'est pas que dans la critique mais apporte également quelques propositions. Il veut par exemple limiter à deux les branches hiérarchiques des services de renseignement contrairement à cinq aujourd'hui, dans le but d'homogénéiser les informations.

À lire aussi

Sur le plan des affaires internationales, François Fillon estime que la France n'est pas assez claire dans ses relations et son dialogue avec la Turquie. "Il faut leur dire que la Turquie ne rentrera jamais dans l'Union Européenne, affirme-t-il en estimant que la Russie est plus à même de rejoindre l'UE que la Turquie. C'est une très grave erreur de leur laisser espérer cela."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/