2 min de lecture Saint-Étienne-du-Rouvray

Saint-Étienne-du-Rouvray : Manuel Valls pointe l'échec du bracelet électronique

Le Premier ministre a reconnu une erreur dans la décision de la justice antiterroriste de libérer Adel Kermiche, un des deux auteurs de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Manuel Valls à l'Élysée le 26 juillet 2016.
Manuel Valls à l'Élysée le 26 juillet 2016. Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
109117333772423871640
Geoffroy Lang
et AFP

La décision de la justice de libérer Adel Kermiche, un des deux auteurs de l'attentat jihadiste de Saint-Etienne-du-Rouvray, en l'assignant à résidence sous bracelet électronique, est un "échec" qu'il faut "reconnaître", a estimé Manuel Valls dans une interview au Monde vendredi 29 juillet. "Cela doit conduire les magistrats à avoir une approche différente, dossier par dossier, compte tenu des pratiques de dissimulation très poussées des jihadistes", déclare le Premier ministre.

Il ajoute cependant qu'il ne sera pas "celui qui, au mépris de tout équilibre des pouvoirs, tomberait dans la facilité de rendre ces juges responsables de cet acte de terrorisme". Selon les informations communiquées par le chef du gouvernement, une vingtaine d'individus actuellement mis en examen dans des affaires de terrorisme sont en liberté dans l'attente de leur jugement.

Mettre fin au financement étranger de l'Islam

Dans cet entretien au Monde, le chef du gouvernement se dit "favorable" à une interdiction du financement étranger des mosquées, souhaitant en outre "inventer une nouvelle relation" avec l'islam de France. "Il faut une remise à plat et inventer une nouvelle relation avec l'islam de France", déclare le Premier ministre. Il se dit "favorable à ce que, pour une période à déterminer, il ne puisse plus y avoir de financement de l'étranger pour la construction des mosquées" et souhaite "que les imams soient formés en France et pas ailleurs". 

À lire aussi
Un agent de police devant l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray terrorisme
Saint-Étienne-du-Rouvray : un proche de l’un des terroristes mis en examen


Manuel Valls est également revenu sur les attaques dont a été victime Bernard Cazeneuve après l'attentat du 14 juillet à Nice et notamment la polémique sur le dispositif de sécurité mis en place ce soir-là. Il a fustigé "les accusations graves et nauséabondes sur un prétendu mensonge d'État", face aux soupçons qui ont visé le ministère de l'Intérieur, accusé de travestir la vérité sur la sécurité le soir de l'attentat à Nice. Alors que l'IGPN a blanchi le gouvernement dans son rapport, Manuel Valls a enjoint l'opposition de se montrer plus "digne et respectueuse".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Saint-Étienne-du-Rouvray Terrorisme Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784266110
Saint-Étienne-du-Rouvray : Manuel Valls pointe l'échec du bracelet électronique
Saint-Étienne-du-Rouvray : Manuel Valls pointe l'échec du bracelet électronique
Le Premier ministre a reconnu une erreur dans la décision de la justice antiterroriste de libérer Adel Kermiche, un des deux auteurs de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray.
https://www.rtl.fr/actu/politique/saint-etienne-du-rouvray-manuel-valls-pointe-l-echec-du-bracelet-electronnique-7784266110
2016-07-29 10:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AdE-0xR_2L1CzbN_E4ewqw/330v220-2/online/image/2016/0729/7784266147_manuel-valls-a-l-elysee-le-26-juillet-2016.jpg