2 min de lecture Réforme du collège

Réforme du collège au JO : les opposants dénoncent "un scandaleux passage en force"

Alors que Najat Vallaud-Belkacem dément toute "précipitation" dans la publication du décret sur la réforme du collège au JO, les opposants s'enflamment.

La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem le 18 mai à Bruxelles.
La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem le 18 mai à Bruxelles. Crédit : EMMANUEL DUNAND / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La publication du décret sur la réforme du collège au Journal Officiel ce mercredi 20 mai, au lendemain d'une grève des enseignants, est perçue comme un véritable affront par les opposants au projet. Pourtant la ministre de l'Éducation l'assure "il n'y a pas de précipitations, tous les délais sont tels que nous les avions prévus depuis le début".

Rappelant que la réforme avait été adoptée le 10 avril par la communauté éducative réunie en Conseil supérieur de l'éducation (CSE), la ministre de l'Éducation explique ce mercredi au radio de France info que cette publication est nécessaire afin "pour pouvoir passer à l'étape suivante, à savoir les textes d'application qui vont pouvoir répondre" aux "inquiétudes" des grévistes et manifestants". "Nous avons besoin sur cette réforme du collège de ne plus perdre de temps, d'aller vite", pour "veiller à ce que tous les professeurs soient bien accompagnés pour mettre en œuvre cette réforme, bien formés", ce qui doit se faire sur "plusieurs mois", a-t-elle poursuivi.

"Une porte ouverte pour mieux la claquer"

Les promesses du gouvernement de poursuivre le dialogue n'y changent rien, les opposants restent très remontés. Principal syndicat du secondaire, le Snes a aussitôt dénoncé sur Twitter une "provocation, une faute" tandis que le Snalc (classé à droite, même s'il le réfute) fustige un "scandaleux passage en force". Le Snalc "comprend donc que la ministre n'avait laissé sa 'porte ouverte' que pour mieux la claquer à la figure des professeurs de collège, dans un stupéfiant déni de dialogue social". Le syndicat appelle à bloquer les épreuves du brevet des collèges fin juin et annonce qu'il ira "jusqu'au bout pour lutter contre la dégradation des conditions de travail (des enseignants) et contre la casse de notre École".

Les politiques s'en mêlent aussi. Aux premières heures, le président du MoDem François Bayrou, ancien ministre de l'Éducation nationale, a appelé à une "manifestation nationale", évoquant également "un passage en force".

À lire aussi
Le ministre de l'Éducation souhaite le retour à une seule série d'épreuves. éducation nationale
Brevet des collèges 2018 : ce qui pourrait changer

L'UMP n'est évidemment pas en reste. Pour la numéro 2 du parti Nathalie Kosciusko-Morizet, cette publication au JO révèle un "profond mépris" du gouvernement dont "la parole ne vaut rien". Ce "mépris envoyé à la tête des Français" va "bien au-delà de la seule question de cette réforme du collège. C'est le sectarisme socialiste contre la société". Cette décision "appelle réaction, elle appelle mouvement". "Je souhaite vraiment qu'il y ait une initiative" à l'issue de la réunion de la commission exécutive de l'UMP. "Il faut trouver la bonne formule qui permettra de fédérer toutes les oppositions sur le fond et tous ceux qui sont scandalisés sur la manière de procéder", a-t-elle estimé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme du collège Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants