2 min de lecture Présidentielle 2017

Primaire Les Républicains : "Bruno Le Maire est passé en mode combat", analyse Alba Ventura

ÉDITO - C'est un député de l'Eure besogneux et très offensif qui a fait sa rentrée ce week-end. Cela peut-il suffire pour bousculer la hiérarchie ?

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Primaire Les Républicains : "Bruno Le Maire est passé en mode combat", analyse Alba Ventura Crédit Image : AFP / Pascal Guyot | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Bruno Le Maire a présenté son programme ce week-end à Sète. Un "contrat présidentiel" de plus de mille pages. Le député de l'Eure n'est pas du genre à faire les choses à moitié. Souvenez-vous : en pleine campagne, avant l'été, il disait à ses équipes : "Il faut avoir serré 2.500 mains par semaine, sinon c'est une semaine ratée"Un programme présidentiel à moins de mille pages, ce n'est pas un programme. Bon maintenant il va falloir les lire... Cela dit, à tous ceux qui se demandaient ce qu'il y avait derrière le slogan "Le renouveau c'est Bruno", et bien maintenant ils vont le savoir.

Bruno Le Maire ne s'est pas non plus gêné pour "balancer" sur ses concurrents. C'est ce qu'on appelle "ouvrir la boîte à baffes". Chacun en a pris pour son grade, avec un François Fillon qu'il juge trop "péremptoire", un Nicolas Sarkozy "spécialiste des fanfaronnades" et un Alain Juppé qui "n'a pas de projet et fait de la politique avec des rustines". Un Sarkozy qui, dit-il encore, incarne "le retour du Karcher", et un Juppé adepte de "l'immobilité heureuse". Cela tape fort.

Faire prospérer son capital politique

Du côté des proches de Bruno Le Maire, on n'y va pas avec le dos de la cuillère. Comme le député Damien Abad, qui se demande si la primaire peut "se résumer à un duel entre le sosie de Donald Trump et le faux frère de François Bayrou". Est-ce que ce sera une stratégie payante ? Bruno Le Maire en est persuadé : pour se faire entendre, il doit passer à l'offensive, à la démultipliée, que ce soit avec ses quatre kilos de programme présidentiel ou dans ses attaques vis-à-vis de ses adversaires.

L'enjeu pour Bruno Le Maire est de faire prospérer son capital politique qu'il avait gagné au moment de la présidence de l'UMP face à Nicolas Sarkozy, et d'essayer de convaincre les électeurs de la droite et du centre qu'il peut avoir un destin national.

Son objectif : être incontournable

À lire aussi
François Hollande à Blois, le 14 novembre 2018 présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : François Hollande regrette de ne pas s'être présenté

A-t-il une chance d'être sur le podium ? Ça, c'est une autre affaire. Le député de l'Eure dit que oui. Mais probablement, son véritable objectif est d'exister, d'avoir du poids, d'être incontournable. Bruno Le Maire se voyait bousculer le duo Juppé-Sarkozy. Pour l'instant, à deux mois du premier tour de la primaire, il en est encore loin.

Il reste en troisième position, voire en quatrième selon les sondages. Mais s'il termine troisième devant François Fillon ce sera un bon résultat. S'il termine derrière François Fillon, ce ne sera pas un si mauvais résultat, parce qu'il fera partie des hommes qui comptent à droite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Primaire Les Républicains Bruno Le Maire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants