1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire des Républicains : "La sécurité, atout et faiblesse de Nicolas Sarkozy", analyse Alba Ventura
2 min de lecture

Primaire des Républicains : "La sécurité, atout et faiblesse de Nicolas Sarkozy", analyse Alba Ventura

REPLAY - REPLAY / ÉDITO - Le président des Républicains a présenté son plan "sécurité" en accusant le gouvernement de bafouer l'autorité de l'État, ce mardi 3 novembre.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Alba Ventura
Primaire des Républicains : "La sécurité, l'atout et la faiblesse de Nicolas Sarkozy", analyse Alba Ventura
03:04
Primaire des Républicains : "La sécurité, l'atout et la faiblesse de Nicolas Sarkozy", analyse Alba Ventura
03:08
Alba Ventura & Loïc Farge

Le but du jeu de Nicolas Sarkozy c'est de reprendre la main, d'être à l'initiative, comme au bon vieux temps. Il suscite le débat. Il a réussi à jeter une grosse pierre dans le jardin de ses adversaires socialistes. Tout le monde a réagi. Manuel Valls, qui l'accuse de tenir des propos pas sérieux, pas responsables ; Christiane Taubira, qui dénonce ses contre-vérités et les députés PS, qui le traitent de pompier pyromane. Et même François Hollande, actuellement en Chine, n'a pas pu s'empêcher de lâcher une petite réplique cinglante : "Je ne lui réponds pas parce que Nicolas Sarkozy se comporte en ministre de l'Intérieur, et c'est donc au ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, de lui répondre". 

Bref, le président des Républicains a réussi à être au centre du débat, à montrer qu'il est l'homme qui agace la gauche. Le coup est plutôt réussi politiquement et médiatiquement. Mais ses propositions ne sont pas de nature à régler les problèmes de sécurité. Si elles l'avaient été, Nicolas Sarkozy aurait réglé les problèmes de sécurité lorsqu'il était président de la République. On ne peut pas dire qu'il y a rien de nouveau. Il y a quelques nouveautés, comme armer la police municipale si le maire est d'accord, interdire de séjour les trafiquants de drogue de leur quartier lorsqu'ils sortent de prison ou interdire aux binationaux partis faire le djihad de revenir en France.

Nicolas Sarkozy veut retrouver le chemin de la conquête, de son ascension avant 2007

Alba Ventura

Pour le reste, il dit vouloir recentrer les missions des forces de l'ordre en proposant à la SNCF et aux sociétés d'autoroute de faire la police à la place de la police. Mais faire faire les contrôles de vitesse aux concessionnaires d'autoroute, d'abord ce sera inapplicable ; ensuite, les Français sont réticents à voir les forces de l'ordre abandonner leurs territoires.

Nicolas Sarkozy recycle aussi beaucoup de propositions, notamment celles de 2012 : plus de places de prison, le rétablissement des peines planchers. Il y a même des propositions de 2008, comme la séparation des juges pour les mineurs (un juge pour les affaires de famille et un juge pour le pénal). Il revient même carrément en arrière sur l'aménagement des peines ou sur le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite dans la police.

À écouter aussi

On voit bien que Nicolas Sarkozy cherche à ré-enfiler son costume de premier flic de France. On voit bien qu'il essaie de reprendre le fil là où ça avait fonctionné pour lui, là où il était crédible et convaincant. Il veut retrouver le chemin de la conquête, de son ascension avant 2007. Mais la faille de Nicolas Sarkozy, c'est qu'il a été Président pendant cinq ans, qu'il a fait campagne en 2012, et qu'il n'a pas été réélu. La sécurité, le régalien, c'est son meilleur atout ; et en même temps c'est aussi sa faiblesse. Les Français ont de la mémoire.

Le carnet du jour

Un certain embarras envahit le Medef. Devant l'intérêt et la curiosité que suscite Marine le Pen auprès des patrons, et notamment des petits patrons, on s'interroge dans l'entourage de Pierre Gattaz : faut-il recevoir Marine Le Pen si elle sollicite un rendez- vous? Le patron de patrons a toujours reçu les chefs de partis. Mais jusque-là, jamais un Président du Front national n'avait été reçu par le Medef.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/