1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire de la gauche : zéro mort dans la rue, "c'est possible", selon Montebourg
1 min de lecture

Primaire de la gauche : zéro mort dans la rue, "c'est possible", selon Montebourg

Le candidat à la primaire de la gauche veut créer de nouvelles places dans les hébergements d'urgence s'il est élu président.

Arnaud Montebourg lors du troisième débat de la gauche
Arnaud Montebourg lors du troisième débat de la gauche
Crédit : Capture d'écran France 2
Primaire de la gauche : zéro mort dans la rue, "c'est possible" pour Montebourg
01:03
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Selon le collectif Les morts de la rue, au moins 452 sans domicile fixe ont perdu la vie en 2016. Depuis des décennies, les responsables politiques, de droite comme de gauche, promettent que les sans-abris ne meurent plus dans la rue en France. Les candidats à la primaire de la gauche peuvent-ils garantir alors d'éradiquer ce fléau en engageant des moyens supplémentaires de l'État ?

Quand Benoît Hamon, qui veut "augmenter le nombre de logements sociaux" en réponse à cette crise, qualifie cet engagement de "difficile" et "grave", Arnaud Montebourg "croit que c'est possible". Sur le plateau de l'émission de France 2, Primaire de gauche : l'heure du choix, l'ex-ministre de l'Économie détaille : "Le nombre de SDF est évalué à 140.000 personnes. C'est un chiffre considérable. nous pouvons atteindre cet objectif. Beaucoup de personnes sont tombées dans la pauvreté à cause de la crise. On peut investir dans des centres d'hébergement d'urgence". Même tonalité du côté de Vincent Peillon. "Oui, notre pays a les moyens de faire davantage pour ceux qui font moins", quand "tant d'inégalités (...) de mauvais comportements", comme celui de Serge "Dassault", "tant d'argent versé, 400 millions pour M. Tapie ou 1,5 milliard pour l'écotaxe".

Quant à Manuel Valls, il a profité de ce débat sur les SDF pour parler à sa gauche. Il observe que "7 ou 8 milliardaires dans le monde ont la somme d'argent de la moitié des 7, 8, 9 millions de pauvres réunis, il faut un effort considérable pour lutter contre cette pauvreté."

La rédaction vous recommande

Un quota de capacités d'hébergement, la proposition de François de Rugy

François de Rugy est le seul à avoir défendu une proposition précise sur le sujet. L'écologiste souhaite créer un "quota de capacités d'hébergement, géré par les associations, par agglomération", en faisant référence au quota de logements sociaux déjà imposés par l'État aux communes (25%). "Si les collectivités locales ne le respectent pas, il leur sera alors imposé par l'État."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/