1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire à gauche : François Hollande n'a "pas tenté une politique de gauche", dénonce Benoît Hamon
1 min de lecture

Primaire à gauche : François Hollande n'a "pas tenté une politique de gauche", dénonce Benoît Hamon

REPLAY - INVITÉ RTL - L'ancien ministre de François Hollande n'hésite pas à critiquer la politique du président de la République.

Benoît Hamon, invité de RTL le 26 août 2016
Benoît Hamon, invité de RTL le 26 août 2016
Crédit : Camille Kaelblen / RTL.fr
Polémique du burkini : il ne faut pas "rajouter aux peurs des Français ses propres peurs", estime Benoît Hamon
03:57
Benoît Hamon était l'invité de RTL le 26 août 2016
09:06
Primaire à gauche : François Hollande n'a "pas tenté une politique de gauche", dénonce Benoît Hamon
09:21
Marie-Pierre Haddad

Pour Benoît Hamon, cela ne fait aucun doute : François Hollande doit recadrer son premier ministre qui a estimé que les arrêtés "anti-burkini" ne sont "pas une dérive". Le chef de l'État doit "mettre un terme à ce qui apparaît comme un processus, une dérive qui connaît le gouvernement à s'éloigner de plus en plus des grands principes et surtout de la tradition historique de la gauche", assure l'ancien ministre. 

Il reproche ainsi la politique "hésitante", du "ni-ni" mise en place par François Hollande et Manuel Valls. "Ma gauche n'est pas hésitante, elle est sans équivoque (...) Sur les questions sociales, nous n'avons même pas tenté une politique de gauche. Quand demain, les Français seront moins bien payés parce que leurs heures supplémentaires seront moins bien payées, ce n'est pas un progrès social. Quand demain, les Français seront moins bien payés, ce n'est pas un progrès social. Quand demain, les Français seront plus facilement licenciés, ce n'est pas un progrès social. Ce recul, je ne l'accepte pas". 

Dans les colonnes de L'Express, Manuel Valls a annoncé que l'impôt sur les sociétés serait partiellement abaissé à 28% pour les PME. Le candidat à la primaire à gauche aimerait que cet impôt "soit davantage payé par les grandes entreprises qui font de l'optimisation fiscale. Il faut faire en sorte que les gros en paient davantage, et les petits moins. C'est tout l'enjeu de moduler l'impôt en fonction des usages que l'on fait des bénéfices". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/