1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Éric Zemmour prépare-t-il sa candidature ?

Présidentielle 2022 : Éric Zemmour prépare-t-il sa candidature ?

DÉCRYPTAGE - Les indices s'accumulent et laissent penser que le polémiste avance peu à peu vers une déclaration de candidature pour 2022.

Éric Zemmour
Éric Zemmour
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste

Éric Zemmour compte-t-il présenter sa candidature pour l'élection présidentielle de 2022 ? Depuis quelques semaines, le polémiste semble avoir donné un coup d'accélérateur, sans toutefois avoir officialisé ses intentions. 

Selon les informations de Politico, il aurait ainsi discuté avec Patrick Stefanini qui n'est autre que le stratège et directeur des campagnes présidentielles de François Fillon en 2017 et de Jacques Chirac en 1995. Il aurait ainsi donné des conseils à l'aspirant candidat lors d'une réunion de travail en visio", peut-on lire. 

"Il m'a exposé son projet. J'ai écouté avec intérêt", a indiqué Patrick Stefanini en précisant avoir décliné l'offre de directeur de sa campagne. Ce qui ne l'empêche pas de trouver 'Éric Zemmour "a un talent fou". "Son projet est intéressant, mais est-ce qu’un talent d’écriture se transforme en une potentialité politique ? A-t-il la capacité de constituer une véritable équipe ?", s'interroge-t-il.  

Association et réseaux sociaux

Pour l'instant, Éric Zemmour hésite encore à se lancer dans la course à l'Élysée. Selon l'une de ses proches, citée dans Le Parisien, "plus Marine Le Pen est confortée dans les sondages, moins Éric a de l’espace. Être candidat, c’est une idée qu’il a encore dans sa tête. Mais il ne prendra de toute façon aucune décision avant la sortie en septembre de la suite du Suicide français".

À lire aussi

En attendant, les toutes premières étapes d'une structure de campagne se montent autour de lui. Fin avril, l'association de financement du parti Les amis d'Éric Zemmour a été créée, comme le révélait Mediacites. Autre signe souligné par Le Parisien : Pierre Meurin est chargé "de la structuration territoriale sur le modèle d’En Marche en 2017". Il était auparavant au sein de la direction des études de l'école lancée par Marion Maréchal, l'Issep.

Éric Zemmour a aussi créé son compte sur les réseaux sociaux, comme Facebook et Instagram. Plus surprenant, il a choisi de se lancer sur TikTok, particulièrement prisé des adolescents. Selon L'Express, l'association Les amis d'Éric Zemmour invite ses sympathisants à "participer au lancement de son compte Pinterest". Un réseau social connu pour agréger un contenu assez éloigné de la politique comme la cuisine, la mode et la décoration. 

Son temps de parole doit-il être comptabilisé ?

Cette agitation commence à attirer l'attention de Marine Le Pen. A un proche, la candidate RN à l'élection présidentielle assure qu'Eric Zemmour envisage de se présenter au scrutin. "Bien sûr qu'il y pense encore ! On lui répète toute la journée qu'il est le plus beau et le plus intelligent, alors il se prend pour Robert Redford. Mais il n'ira pas", prédit-elle, comme le rapportent nos confrères de L'Express.

Du côté d'Emmanuel Macron aussi, on suit les actions entreprises par Éric Zemmour. Dans un entretien à L'Opinion, le conseiller du président de la République Stéphane Séjourné souhaite que "compter dans le temps de parole des politiques les éditorialistes les plus engagés" à la télévision, comme le polémiste. "Il évolue aujourd'hui dans une zone grise", explique-t-il. Le président du CSA Roch-Olivier Maistre a répondu au député européen sur Europe 1 et rejeté sa demande. "Notre feuille de route, c'est la loi, et elle est très claire (...). Rien dans la loi aujourd'hui ne nous amènera à comptabiliser le temps de parole des éditorialistes, qui, je le rappelle, sont souvent des journalistes, et donc techniquement c'est très complexe à mettre en œuvre au regard de la liberté d'expression et de la liberté éditoriale des chaînes", a-t-il indiqué.

Éric Zemmour doit encore trancher la question, en pensant au conseil donné par Philippe de Villiers : "Tu ne peux y aller que si tu es sûr d’être au second tour, tu n’y vas pas pour témoigner", rapporte Le Parisien.

Le polémiste est visé par plusieurs accusations d'agressions sexuelles. Baisers forcés du polémiste à une jeune journaliste en 2005, attitude "déplacée" en 2012 envers une stagiaire au Figaro, SMS équivoque en 2019 à une cheffe d'édition de CNews ou agression sexuelle d'une maquilleuse en loge : Médiapart a rapporté, dans une enquête, une série de témoignages incriminant Éric Zemmour. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/