1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : comment expliquer la forte abstention de 25,6% ?
1 min de lecture

Présidentielle 2022 : comment expliquer la forte abstention de 25,6% ?

Selon nos chiffres RTL/M6 de Harris Interactive x Toluna, la participation au premier tour de l'élection présidentielle 2022 est de 74,4% à 20h, soit une abstention à 25,6%.

Le premier tour de la présidentielle 2022 s'est déroulé ce 10 avril
Le premier tour de la présidentielle 2022 s'est déroulé ce 10 avril
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
Présidentielle 2022 : comment expliquer la forte abstention de 25,6% ?
00:04:09
Capucine Trollion
Capucine Trollion

Pour ce premier tour de la présidentielle 2022, plus d'un électeur sur quatre n'est pas allé voter. Selon nos chiffres, l'abstention est estimée à 25,6%. En 2017, elle était estimée à 22,23% selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Comment expliquer ce taux si important en 2022 ?

"On a aujourd'hui des électeurs qui sont des abstentionnistes intermittents c'est-à-dire qu'ils choisissent les élections auxquelles ils participent et celles auxquelles ils ne vont pas", analyse Pierre-Adrien Bartoli d'Harris interactive au micro de RTL. 

"On a le sentiment depuis quelques mois qu'un enjeu est apparu pour cette présidentielle 2022 : le pouvoir d'achat", poursuit Vincent Parizot. "En réalité, on l'a vu dans les dernières semaines, tout a été très vite. On est passé d'un intérêt massif à ce qui se passait en Ukraine à un retour au plus proche de notre quotidien : le prix de l'essence à plus de deux euros et c'est devenu l'obsession des gens. Et cette réponse-là était impossible à donner pour des candidats en pleine campagne qui n'avait pas anticipé un tel phénomène", ajoute Martial You, chef du service économie de RTL.

"On peut aussi trouver comme explication des programmes qui n'ont pas vraiment marqué les électeurs et un casting pour l' Élysée qui a peu évolué depuis 2017", se demande Vincent Parizot. "On a des candidats qui remettent ça pour la troisième fois pour la plus grande partie d'entre-deux. Et puis c'est vrai que la campagne a été très particulière : on sort de deux ans de Covid (...) et après on est rentré dans la guerre au moment où on aurait du s'intéresser aux candidats et à leurs programmes", précise Aurélie Herbremont du service politique de RTL.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire