2 min de lecture Présidentielle 2017

2017 : pour la première fois, aucun candidat ne défendra le bilan du pouvoir en place

ÉCLAIRAGE - Manuel Valls éliminé, plus aucun défenseur du bilan de François Hollande ne se trouve sur la ligne de départ de la présidentielle 2017.

Manuel Valls, à son QG de campagne, au soir du premier tour de la primaire de la gauche, à Paris le 22 janvier 2017
Manuel Valls, à son QG de campagne, au soir du premier tour de la primaire de la gauche, à Paris le 22 janvier 2017 Crédit : SIPA
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

C'est du jamais-vu. Compte tenu du renoncement de François Hollande et de l'organisation de primaires pour désigner les deux représentants de la droite et la gauche de gouvernement, sans oublier l'instabilité politique mondiale liée au Brexit et l'élection de Donald Trump, l'élection présidentielle française de 2017 pouvait d'ores et déjà être considérée comme spéciale. Mais à présent, avec la désignation de Benoît Hamon au sein de son camp socialiste, elle constituera une première. Dans l'histoire de la Ve République, jamais une élection présidentielle ne s'était déroulée sans le moindre défenseur du bilan du pouvoir en place.

À gauche, la victoire du frondeur Benoît Hamon a en effet définitivement mis sur la touche les acteurs du quinquennat. Manuel Valls et Sylvia Pinel étaient les seuls à défendre ardemment l'action menée depuis 2012 par François Hollande. Mais au second tour, les électeurs leur ont donc préféré l'ancien ministre de l'Éducation nationale, contraint de claquer la porte du gouvernement en août 2014 après avoir blâmé la politique menée par l'exécutif. Durant sa campagne, le député de l'Essonne ne s'est pas caché pour critiquer le quinquennat. Sans pour autant tout jeter, notamment sur les questions d'éducation et sur la COP21, il affirmait que le bilan était "indéfendable" sur le plan social et qu'il "restera négatif" concernant l'emploi.

Emmanuel Macron se trouve dans une situation similaire à celle de Benoît Hamon. En août dernier, lui aussi est parti du gouvernement pour marquer sa rupture avec l'exécutif et une idéologie du Parti socialiste qui ne lui sied pas. Quant aux autres candidats, ils militent tous pour l'alternance ou l'éviction de la gauche.

À lire aussi
Emmanuel Macron lors de son meeting à la Bercy Arena en avril 2017 lors de la campagne présidentielle présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : la plainte d'Anticor envers plusieurs candidats classée sans suite

Toutes les précédentes présidentielles ont eu lieu avec une figure assumant la présidence sur le point de s'achever. En 1969, la suite du général De Gaulle était assurée par son ancien premier ministre Georges Pompidou. En 1974, Jacques Chaban-Delmas incarnait (sans succès) cette suite du gaullisme. En 1981, 1988, 2002 et 2012, Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy étaient candidats à leur succession. En 1995, Lionel Jospin était le candidat de la gauche de Mitterrand. Enfin, la candidature de Nicolas Sarkozy en 2007 découlait de sa présence dans le gouvernement de Jacques Chirac.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Manuel Valls François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786984746
2017 : pour la première fois, aucun candidat ne défendra le bilan du pouvoir en place
2017 : pour la première fois, aucun candidat ne défendra le bilan du pouvoir en place
ÉCLAIRAGE - Manuel Valls éliminé, plus aucun défenseur du bilan de François Hollande ne se trouve sur la ligne de départ de la présidentielle 2017.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-pour-la-premiere-fois-aucun-candidat-ne-defendra-le-bilan-du-pouvoir-en-place-7786984746
2017-01-29 22:10:48
https://cdn-media.rtl.fr/cache/isFZm5kQG050-hisNF8aRA/330v220-2/online/image/2017/0123/7786878863_arrive-en-deuxieme-position-au-premier-tour-de-la-primaire-de-la-belle-allaince-populaire-manuel-valls-entend-demonter-la-candidature-de-benoit-hamon.jpg