1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : les Vigny intéressés par l'alternative Macron
2 min de lecture

Présidentielle 2017 : les Vigny intéressés par l'alternative Macron

LA CAMPAGNE EN FAMILLE - Déçue par Benoît Hamon, la famille Vigny attend désormais qu'Emmanuel Macron en dise davantage sur son projet écologique.

La famille Vigny.
La famille Vigny.
Crédit : Céline Landreau / RTL
Présidentielle 2017 : les Vigny intéressés par l'alternative Macron
03:19
Alice Moreno

La grand mère, Danièle, et sa fille Laurence, écologiste, avaient voté François Hollande en 2012. Désormais, la famille Vigny se trouve tiraillée entre l'alliance Hamon-Jadot et l'alternative Macron. "Hamon a quelque chose d'assez réformiste, c'est vrai que cela doit poser des fractures avec une partie du PS, très républicaine, très industrielle", analyse Léo, fils de Laurence, âgé de 22 ans. "Je pense qu'au point où on en est, une grande partie des leaders socialistes va soutenir Macron", croit savoir sa grand-mère, Danièle. 

"Je suis déçue du comportement de Benoît Hamon depuis qu'il a été choisi à la primaire socialiste. Il ne s'adresse pas aux gens. Vous allez dire vous, au boulanger, je veux pour vous un avenir désirable ? Il reste sur des sujets élitistes parce qu'il ne veut pas être président (...), il veut prendre le parti socialiste, ce n'est pas le même calcul", poursuit Danièle, 63 ans, qui s'intéresse de plus en plus aux "changements extrêmement forts, sur les retraites, sur les allocations chômage" que propose le candidat Macron.

L'alliance Hamon-Jadot peine à convaincre la famille

"Ça me fait mal de le dire, mais le seul qui pourrait rassembler, c'est Macron", estime Juliette, la petite-fille de Danièle. "Pour moi Macron, c'est plutôt l'immobilisme social-démocrate", réfute Léo, qui s'interroge "sur la réelle crédibilité de la personne". Seulement, Juliette a en tête l'objectif "tout sauf Marine Le Pen" et émet l'hypothèse de voter Macron dès le premier tour de la présidentielle.

Laurence, écologiste convaincue, revient sur l'accord conclu entre le candidat socialiste et Yannick Jadot qui prévoit de réserver 40 circonscriptions aux écologistes en vue des législatives. "C'est logique de faire un accord à partir du moment où Jadot s'investit pour lui, c'est assez normal", considère-t-elle. "C'est juste des gens du PS qui se sont dit 'on a moins de pouvoir on va avoir moins de circonscriptions' donc ça ils n'ont pas aimé", estime pour sa part Léo. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/