2 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : les conseils de Julien Dray à Benoît Hamon

Pour le conseiller régional proche de François Hollande, le PS n'est pas mort. Julien Dray veut croire à un sursaut dans cette campagne, et affirme qu'à "ce stade, l'histoire n'est pas pliée".

Le socialiste Julien Dray le 9 mai 2012 à Paris (archives).
Le socialiste Julien Dray le 9 mai 2012 à Paris (archives). Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

À deux semaines du premier tour de l'élection présidentielle, et malgré des sondages peu encourageants, Benoît Hamon peut compter sur les conseils de Julien Dray pour inverser la tendance. L'ancien député de l'Essonne, estime dans un entretien donné à Libération que "la famille socialiste survivra" à cette élection, mais rappelle aussi qu'à "ce stade, l'histoire n'est pas pliée. Un électeur sur deux ne sait pas encore ce qu'il va faire". 

Ce proche de François Hollande fait d'abord un bilan sans concession de la stratégie employée par le candidat socialiste après sa victoire à la primaire, fustigeant le temps perdu "dans une négociation discutable" avec Yannick Jadot. Selon Julien Dray, "il ne fallait surtout pas s'enfermer dans un tête-à-tête mortifère avec un groupuscule qui s'appelle EE-LV". Pour le conseiller régional d'Ile-de-France, cet épisode aura dilué "beaucoup du capital de la primaire (...) alors qu'il fallait parler à toute la gauche, et plus largement à tous les progressistes". 

Il doit affirmer que le vote Hamon, c'est le vote unitaire, le vote de la réconciliation de la gauche

Julien Dray
Partager la citation

Pour remonter dans les sondages et garder encore un espoir de qualification pour le second tour de la présidentielle, Julien Dray égraine ses propositions à l'attention de Benoît Hamon, qui doit selon l'ancien député réussir une forme de synthèse. "Il doit d'abord défendre ses idées, notamment son revenu universel, car dans ce domaine, il est bon. Il doit ensuite affirmer que le vote Hamon, c'est le vote unitaire, le vote de la réconciliation de la gauche, le vote pour une majorité progressiste, pour un front progressiste. Seul le PS par son histoire est capable de s'inscrire dans cette perspective".  

"Pour être majoritaire, il faut proposer une alliance honnête pour un projet ou un contrat progressiste", poursuit Julien Dray. "C'est sur ce terrain que doit se situer le débat avec Manuel Valls qui, lui, ne croit plus cela possible". Cette position de rassembleur à gauche est essentielle selon le conseiller du président de la République, qui ne pense pas que Benoît Hamon "puisse rattraper un électeur macroniste s'il n'a pas réussi à reprendre l'hégémonie à gauche à travers son combat pour l'unité." 

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen, l'ancien président et cofondateur du Front national. présidentielle 2017
Pourquoi l'État va rembourser 4,2 millions d'euros à Jean-Marie Le Pen

L'interview donnée au quotidien lui donne aussi l'occasion de lâcher les coups envers Jean-Luc Mélenchon, en forme dans les enquêtes d'opinion. Le candidat de la France insoumise serait devenu un "showman" selon Julien Dray. "Ce style lui permet de ne plus avoir à faire ses saillies trop violentes. Il est dans la pédagogie, c'est le vieux prof qui donne des cours sur le monde et comment le changer", poursuit-il. Et quand Jean-Luc Mélenchon évoque la mort du PS, Julien Dray estime qu'à "la fin, ça va devenir une obsession. Il dit ça depuis 2007. Et médicalement comme politiquement, ce n'est jamais bon". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Julien Dray Benoît Hamon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants