1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : des députés PS pro-gouvernement ciblent la campagne de Hamon
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : des députés PS pro-gouvernement ciblent la campagne de Hamon

CONFIDENTIELS RTL - À l'Assemblée nationale, il n'y a pas qu'à la réunion du groupe les Républicains que cela s’est mal passé mardi 14 février. Côté PS aussi c’était tendu.

Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle 2017
Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle 2017
Crédit : SIPA
Présidentielle 2017 : des députés PS pro-gouvernement ciblent la campagne de Hamon
02:58
Présidentielle 2017 : des députés PS pro-gouvernement ciblent la campagne de Hamon
03:00
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

C'est passé beaucoup plus inaperçu. Mais de l’aveu même de proches de Benoît Hamon, ça a un petit peu tangué mardi 14 février matin au Palais-Bourbon. Pendant que François Fillon s’occupait de calmer les ardeurs des "frondeurs" de droite, la réunion du groupe socialiste a été un peu houleuse. À la manœuvre : plusieurs députés "loyalistes". Des pro-gouvernement, pour la plupart d'anciens soutiens de Manuel Valls, mais aussi des socialistes tentés par l’aventure Emmanuel Macron, ont pris la parole au sujet de la campagne de Benoît Hamon. Parmi eux, Christophe Caresche, Jean-Yves Le Bouillonnec, Jean-Louis Gagnaire, l’ancien porte-parole de Manuel Valls David Habib, ou encore l’ancienne ministre Michèle Delaunay.

En substance, ils s’interrogent sur la façon dont ils vont pouvoir faire la campagne eux aussi d'un ancien "frondeur". Certains ont interrogé les porte-parole de Benoît Hamon - puisque le candidat n’était pas là - sur la défense de la valeur travail. "Les soutiens de Benoît Hamon commencent à comprendre ce qu’est la vraie fronde. Dur, dur de défendre sa campagne ce matin", a même écrit dan la foulée Jean-Louis Gagnaire, un brin revanchard, sur son compte Twitter.

La rédaction vous recommande

Du côté de Benoît Hamon, on reproche à ces "grognards du fond de la salle" une "fixette sur le bilan" du quinquennat. On fait mine de penser que tout cela finira par rentrer dans l'ordre naturellement. "Cela ne fait que quinze jours, il digère encore, ils essaient de bordéliser la campagne", soupirait un proche du candidat l'après-midi dans la salle des Quatre colonnes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/