4 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : Christine Lagarde est-elle la meilleure candidate de la droite ?

INTERVIEWS - Même si la directrice du Fonds monétaire international nie viser la présidentielle de 2017, les Français lui accordent leur confiance.

Présidentielle 2017 : Christine Lagarde est-elle la meilleure candidate de la droite ?
Présidentielle 2017 : Christine Lagarde est-elle la meilleure candidate de la droite ? Crédit : ERNESTO BENAVIDES / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Surnommée la Grande Dame, Christine Lagarde est depuis juin 2011 à la tête du Fonds monétaire international. L'ancienne ministre a fait un retour inattendu dans l'actualité française avec la publication d'un sondage Harris Interactive sur l'élection présidentielle pour La Parisienne de septembre50% des Français interrogés estiment qu'elle ferait "une bonne présidente".

Dans ce classement, Christine Lagarde est suivie par Martine Aubry (40%), Ségolène Royal (36%) et la maire de Paris Anne Hidalgo (32%). Ce résultat est "assez classique avec des gens qui gagnent en popularité avec l'action politique", selon Jean-Daniel Lévy, le directeur du département politique et opinion de Harris Interactive, contacté par RTL.fr. Ainsi, l'ancienne ministre de l'Économie profiterait d'une image "de force par-delà les frontières car c'est une personne qui a discours un clair et une zone de compétences bien établie", ajoute Jean-Daniel Lévy.

À l'écart de l'actualité française

Selon Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et au Cevipof joint par RTL.fr, ce sondage traduit "une opinion à un certain niveau de généralité" de voir Christine Lagarde "jouer un rôle au sein de la politique française mais il ne s’agit pas de préférences directement traduisibles politiquement et encore moins d’intentions de vote". Les personnalités politiques sont "plus appréciées lorsqu'elles se tiennent à l'écart de l'actualité. On l'a observé avec Jacques Chirac qui est devenu plus populaire après la fin de sa présidence. Même chose pour Nicolas Sarkozy avant qu'il prenne la tête des Républicains", explique-t-il. Et cette observation s'applique également à Christine Lagarde, qui est toujours dans la sphère publique mais loin du territoire français.

À lire aussi
Logo de La République En Marche La République En Marche
La République En Marche : pourquoi une enquête préliminaire est-elle en cours ?

Christine Lagarde a le profil de quelqu'un qui fait de la politique mais qui n'est pas politicienne

Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et au Cevipof
Partager la citation

Mais il existe "un cas particulier Christine Lagarde", selon le chercheur au CNRS. "Elle a toujours eu une image de technocrate qui s'est imposée par son aura, sa compétence et son travail. Elle a le profil de quelqu'un qui fait de la politique mais qui n'est pas politicienne", ajoute-t-il. Et cette équation fonctionne dans un contexte de "désamour des Français et la baisse de confiance", envers la politique, poursuit Bruno Cautrès. Christine Lagarde, c'est avant tout "une personnalité pas comme les autres dans le monde de l'économie", selon le chercheur qui ne peut s'empêcher d'arriver à la conclusion que "si elle occupait le poste de présidente de la République elle recevrait les mêmes avalanches de critiques, une fois exposée dans l'arène".

Le cas Ségolène Royal s'adapte-t-il à Christine Lagarde ?

Avec sa stature internationale et sa cote de popularité, Christine Lagarde pourrait avoir toutes ses chances dans la bataille pour la présidentielle qui se déroulera en 2017. Les Républicains sont "dans l'attente que Nicolas Sarkozy aille au bout de la primaire". Si tel n'était pas le cas, cela rebattrait-il les cartes pour laisser la voie libre à Christine Lagarde ?

L'ancienne ministre de l'Économie peut-elle connaître le succès de Ségolène Royal avant la présidentielle de 2007 ? Lors de la primaire socialiste de 2006, l'actuelle ministre de l'Écologie a été "catapultée par les élections régionales de 2005 et cette victoire lui a donné des ailes, rappelle Bruno Cautrès. Mais il est important de souligner que cette situation ne peut pas s'adapter à Christine Lagarde, qui dispose d'un délai beaucoup plus court". Autre point : "Ségolène Royal s'est imposée à la primaire socialiste par son côté novateur à l'époque et surtout par une personnalité qui trouve un bon écho dans les sondages", analyse-t-il. Dernier élément, en 2006, ses concurrents qui étaient Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius ne faisaient pas l'unanimité.

En concurrence directe avec Alain Juppé

En ce qui concerne la primaire Les Républicains, un désistement de Nicolas Sarkozy pourrait redonner un coup de pouce à Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire. Christine Lagarde pourrait ainsi être une sérieuse rivale du maire de Bordeaux. "Elle attirerait des gens à la primaire qui ne sont pas forcément des militants et qui ne correspondent pas forcément à la clientèle recherchée par le parti. La présidente du FMI reçoit un avis favorable du centre-gauche car "elle est sensible aux questions économiques comme François Bayrou qui a été l'un des premiers à aborder la question du déficit du budget français". Cela correspond à la cible qui plébiscite également Alain Juppé. 

Christine Lagarde séduit des personnes qui ne sont pas encartées. Tandis que la députée de l'Essonne séduit les militants

Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et au Cevipof
Partager la citation

Nathalie Kosciusko-Morizet a laissé entendre qu'elle pouvait également s'engager dans la bataille de la primaire. Dans ce cas de figure, la directrice du Fonds monétaire international se retrouverait en position délicate : "Nathalie Kosciusko-Morizet est bien implantée chez Les Républicains. La numéro deux des Républicains est donc une cadre du parti et a imposé son style et son énergie. Les deux femmes ont des profils très différents. Christine Lagarde n'est pas perçue comme quelqu'un qui incarne le parti, comme peut l'être Nathalie Kosciuko-Morizet", ajoute Bruno Cautrès. Si leur stature au sein du parti est différente, leur cible aussi. Christine Lagarde séduit des personnes qui ne sont pas encartées, tandis que la députée de l'Essonne séduit les militants.
 
Si elle remportait la bataille de la primaire, qui Christine Lagarde serait-elle la plus à même de battre en 2017 ? "Il est encore trop tôt pour faire ce type de prédiction", répond le chercheur CNRS qui confie que la gauche risque d'avoir beaucoup de mal lors de la présidentielle. Cependant, la directrice du Fonds monétaire international a déclaré qu'elle ne referait "pas de la politique en France". Dans un entretien accordé à Vanity Fair, elle explique que quand elle pense à la France, "ce sont les fromages, les petits bistrots et les roses" qui lui manquent, mais "pas la politique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Christine Lagarde Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780311093
Présidentielle 2017 : Christine Lagarde est-elle la meilleure candidate de la droite ?
Présidentielle 2017 : Christine Lagarde est-elle la meilleure candidate de la droite ?
INTERVIEWS - Même si la directrice du Fonds monétaire international nie viser la présidentielle de 2017, les Français lui accordent leur confiance.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-christine-lagarde-est-elle-la-meilleure-candidate-de-la-droite-7780311093
2015-11-05 15:26:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/BltXfh0R7QlQfCTao3Y1YA/330v220-2/online/image/2015/1102/7780338534_presidentielle-2017-christine-lagarde-est-elle-la-meilleure-candidate-de-la-droite.jpg