1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Popularité : "Il est plus facile de descendre les marches que de les remonter", selon Duhamel
1 min de lecture

Popularité : "Il est plus facile de descendre les marches que de les remonter", selon Duhamel

ÉDITO - La cote de popularité d'Emmanuel Macron enregistre à nouveau une très forte baisse en août, avec 40% de personnes satisfaites, soit une chute de 14 points en un mois.

Moins d'un Français sur deux fait confiance à Emmanuel Macron, selon un sondage Ifop
Moins d'un Français sur deux fait confiance à Emmanuel Macron, selon un sondage Ifop
Crédit : SIPA
Popularité : "Il est plus facile de descendre les marches que de les remonter", selon Duhamel
03:10
Popularité : il est "plus facile de descendre les marches que de les remonter", selon Duhamel
03:13
Alain Duhamel

Un printemps heureux suivi d'un été calamiteux. Voilà les deux dernières saisons vécues par Emmanuel Macron, décrypte Alain Duhamel. "On a assisté à une accumulation de cacophonies pratiquement sans précédent", explique l'éditorialiste. Des imbroglios en série auxquels s'ajoute une bien mauvaise stratégie de communication : "Emmanuel Macron avait fait le choix d'être un président mutique", comme à l'époque "du cinéma muet", ironise-t-il. Résultat : le chef de l'État a renoncé à son devoir de pédagogie et d'incarnation de la fonction présidentielle.

Mais le président a-t-il pour autant raté ses débuts ? Ce serait "exagéré" et "prématuré", rétorque Alain Duhamel, qui salue ses prises de position en matière de politique internationale. Sur le plan intérieur, "il ne doit pas laisser des mythes jouer contre lui", comme l'idée selon laquelle les ordonnances seraient dangereuses, contre-nature et anti démocratiques. De nombreux présidents de la Ve République y ont en effet eu recours.

Dans tous les cas, Emmanuel Macron aura du mal à regagner le cœur des Français, qui sont par exemple 63 % à ne pas lui faire confiance pour réformer le code du travail selon notre sondage Odoxa. Il est "plus facile de descendre les marches que de les remonter", convient Alain Duhamel. Mais de tempérer aussitôt : "La situation économique" et "l'opposition est dans un état effroyable, qu'elle soit de droite ou de gauche".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/