1 min de lecture Transparence

Les tweets effacés par les politiques refont surface sur Politwoops

Twitter avait bloqué l'accès au site Politwoops, qui répertoriait les messages effacés des hommes et femmes politiques. Aujourd'hui, les archives de ces tweets sont de nouveau consultables.

Une interface du réseau social Twitter (illustration)
Une interface du réseau social Twitter (illustration) Crédit : AFP / DAMIEN MEYER
Célia Coudret
Journaliste RTL

Depuis le blocage de Twitter le 21 août, Politwoops ne peut plus fouiller dans le réseau social des gazouillis. Mais il a toujours en sa possession 5 années de tweets, effacés entre 2010 et 2015, par des milliers d'hommes et de femmes politiques d'une trentaine de pays, dont la France, les États-Unis, la Russie et la Turquie. L’association néerlandaise Open State, qui gère le service, vient de remettre en ligne plus d'un million de messages archivés, que les auteurs auraient préféré oublier. 

Que ce soit pour une coquille ou une vraie maladresse, les tweets contenus sur Politwoops sont de nouveau à la portée de tous. Si nombre de messages sont supprimés pour de simples fautes d'orthographes, ou des publications gênantes liées à d'autres comptes (playlists sur Deezer, Youtube etc.), certains peuvent être la preuve de renoncements ou de faux-pas politiques.

En août, Twitter avait interdit Politwoops de récupérer les messages effacés sur son réseau, arguant que chacun a droit à l'erreur. Nombre de journalistes politiques et d'organisation internationales comme Human Rights Watch avaient alors protesté, rappelant que la parole politique est une parole publique, et qu'elle ne doit donc pas disparaître aussi facilement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transparence Politique Twitter
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants